publicité

Bob, jette l'éponge !

C'était la tête d'affiche de l'édition 2012. Bob Dylan a déçu. Atrocement. Pire, le verdict des fans est sans appel : scandaleux pour l'esprit des Vieilles Charrues !

  • Bertrand Rault et Erwan Gaucher
  • Publié le , mis à jour le
Bob Dylan, ce soir, sur scène... © Erwan www.volubilis.net

© Erwan www.volubilis.net Bob Dylan, ce soir, sur scène...

 "A 21 ans, majeur et émancipé, un festival peut encore se faire baiser ! C'est un scandale, il ne jouerait même pas ça dans une vieille boîte du Kansas, il se ferait lyncher !".  A Carhaix, le public est généreux. Mais quand l'artiste n'est pas au rendez-vous, ça éparpille, façon puzzle ! L'impression générale ? C'est que l'artiste ne donne rien, reste planqué au fond de la scène. Pour preuve, la réalisation dans les écrans géants : un plan large, point barre. Qui ne laisse paraître aucune émotion du chanteur, qui ne laisse rien voir. La rumeur court même sur Kerampuilh que Bob Dylan n'est pas là ce soir ! Et pourtant le public y croyait, comme le montrent ces images volées de Stéphane Grammont sur le premier morceau du concert... La suite est moins drôle... A lire après la vidéo...

Dylan à Carhaix: entrée sur scène, premier morceau
Des fans très déçus 

"Ce n'est pas digne de l'esprit des Vieilles Charrues..." Verdict de Philippe, sans appel. Rémy, fan de Bob Dylan depuis toujours, quitte la plaine de Kerampuilh au bout de trois chansons. Déçu et amer : "franchement, on ne voit rien. On n'entend rien. Il ne livre rien !"
Ce soir, il ne faut que deux minutes chrono pour remonter de la scène Glenmor à la première sortie. Du jamais vu pour une tête d'affiche des VIeilles Charrues ! "Je n'étais pas un fan, mais je ne regrette pas de ne jamais l'avoir été !" Thierry s'était pourtant fait convaincre par ses vieux potes, fans de Dylan. 1/4 d'heure après le début du concert, tout le monde repart à l'apéro.
Allez, un petit dernier pour la route. Des Toulonnais, qui ont fait exprès le voyage, et qui vont repartir dans l'autre sens, passablement énervés : "y'en a marre de voir des gens qui coûtent une fortune et qui ne respectent pas leur public. C'est scandaleux pour Carhaix ! Ce soir, Dylan a trompé son public..."

Alors fallait-il programmer Bob Dylan ?

La question se posait sérieusement, après la prestation très critiquée de Lou Reed lors de l'édition 2001 du festival. Un concert salué à l'époque par une salve de critiques... négatives ! Mais pouvait-on prévoir qu'il en serait de même avec Bob Dylan ? Il faut bien avouer que depuis quelques années, aller voir un concert du créateur de Like a Rolling stone ressemble de plus en plus à une partie de roulette russe. Les spectateurs peuvent en ressortir ravis et heureux, mais aussi déçus voire énervés. La preuve, cette année, à Carhaix.
En 2011, lors de ses derniers concerts en France, Bob Dylan avait délivré des prestations très différentes à Lille ou à Bercy, alternant concert réussi et soirée complètement manquée. Le risque était d'autant plus sérieux à Carhaix que l'immense scène et la foule des Vieilles Charrues ne sont pas forcément les conditions idéales pour Bob Dylan, désormais plus à l'aise dans des salles moyennes à l'accoustique plus efficace.
Antoine de Caunes avait ainsi résumé la situation : "J'étais au concert de Dylan la semaine dernière et il y avait des septuagénaires et des mômes de 25 ans. Mais je ne les ai pas vus longtemps car je suis parti au bout de quatre morceaux tellement c'était atroce. C'est la dernière fois que je me fais avoir avec Dylan. Quand il chante, on a l'impression qu'il vient de subir une trachéotomie."
A Carhaix, nous aussi, devant Bob Dylan, on est resté sans voix... Et on a une pensée pour Jean-Jacques Toux, le programmateur du festival... Lui qui disait avant le concert : "ce matin, en me rasant je me suis dit : putain, ce soir, y'a Bob Dylan qui vient dans mon jardin !" Franchement, Jean-Jacques, tu méritais mieux que cela ! Passe l'éponge, oublie Bob, et programme nous Radiohead pour l'année prochaine, on sait tous que tu en rêves...






L'actu de votre région en vidéo

Hubert Journel, médecin lanceur d'alerte sur la Dépakine

Hubert Journel, généticien au Centre Hospitalier Bretagne Atlantique à Vannes, fait partie des médecins qui dès les années 80 ont alerté sur la Dépakine. Avec des collègues du centre "anomalies du développement", il suit 128 femmes ayant pris ce médicament pendant leur grossesses. Le constat est alarmant. Hubert Journel, généticien au Centre Hospitalier Bretagne Atlantique à Vannes Reportage du 11 août 2016

Reportage : M. Thiébaut - N. Dalaudier

les + lus