publicité

Le France 1 : bateau mythique, star du salon nautique

C’est un bateau mythique : celui de la première équipe française pour la Coupe de l’America. Le monocoque en acajou fait un détour par le Salon Nautique de Paris avant de rejoindre le large. Il a été rénové à Arzal (56)

  • Par Sylvaine Salliou
  • Publié le , mis à jour le
© Le France

© Le France

Classé monument historique depuis 1992, France 1 est le premier bateau non anglo-saxon à s'être attaqué à la Coupe de l'America grâce à la passion du Baron Bich. Construit en trois plis d'acajou par Egger, sur des plans d'André Mauric, architecte du célèbre PenDuick 6, France 1 participa à trois défis, en 1970, 1974 et 1977. C’est le seul bateau de la Coupe de l’America à avoir connu une telle longévité. A l’âge de sa retraite sportive, le voilier a été confié à l’école navale de Lanvéoc-Poulmic (Finistère) pour un franc symbolique. Mais son entretien était devenu trop onéreux, le France navigua une dernière fois en 1992, aux fêtes maritimes de Brest, et fut finalement laissé à l’abandon. La Marine nationale le redonna ensuite à l'association française pour la coupe de l'America (présidée par Bruno Bich). Cette dernière avec l'aide de l'État mène en 2012 une rénovation du navire dans un chantier de la Vilaine, à Arzal dans le Morbihan, prévue pour s'achever en 2013. Il devrait à l'avenir de nouveau servir de bateau école.

Le projet de l’association "AFCA 12 M JI France" consiste à remettre le bateau France 1 en état de participer aux grands rassemblements Voiles Classiques et au circuit des 12 Mètres Jauge Internationale. Le bateau devrait participer au prochain Spi Ouest-France à Pâques à la Trinité-sur-mer et à la semaine du Golfe du Morbihan, à la pentecôte. Le France est exposé au Salon nautique de Paris, Pavillon 1- stand H99.

L'actu de votre région en vidéo

Hubert Journel, médecin lanceur d'alerte sur la Dépakine

Hubert Journel, généticien au Centre Hospitalier Bretagne Atlantique à Vannes, fait partie des médecins qui dès les années 80 ont alerté sur la Dépakine. Avec des collègues du centre "anomalies du développement", il suit 128 femmes ayant pris ce médicament pendant leur grossesses. Le constat est alarmant. Hubert Journel, généticien au Centre Hospitalier Bretagne Atlantique à Vannes Reportage du 11 août 2016

Reportage : M. Thiébaut - N. Dalaudier

les + lus