Des moutons d'Ouessant pour tondre les pelouses à Paris

Le 3 avril, quatre moutons vont débarquer à Paris, sur un espace vert du XIXe arrondissement. Objectif : évaluer la faisabilité en milieu urbain dense de cette technique permettant de limiter l'usage d'engins et de désherbants.

  • Par Sylvaine Salliou
  • Publié le , mis à jour le
© AFP

© AFP

L'expérimentation insolite débute dans la capitale le 3 avril sur "un terrain de 2.000 m2 en friche" appartenant au service des Archives de Paris dans le XIXe arrondissement, indique la mairie de Paris. On appelle ça, l'éco-paturage et cela consiste à utiliser des animaux pour entretenir un espace vert, ce qui permet de limiter le recours aux engins mécaniques, sources de bruit et consommateur de carburant, et aux produits phytosanitaires.

Pourquoi des moutons d'Ouessant?

Trop petits pour être consommés ou utilisés pour leur laine, les moutons d'Ouessant sont célèbres. Ils semblaient pourtant voués à disparaître dans les années 1970. Leurs atouts ? Leur résistance et leur petite taille, qui permettent "une manipulation plus aisée", souligne la municipalité. Entre chaque période de pâturage, les animaux seront hébergés par la Ferme de Paris, équipement situé dans le Bois de Vincennes qui sera chargé de leur suivi sanitaire. L'expérience va durer jusqu'en octobre 2013 sur ce terrain des archives de Paris (XIXe), les «moutons tondeuses» pourraient aller brouter au bois de Boulogne ou au bois de Vincennes.

Mais comment le mouton d'Ouessant a-t-il débarqué sous la tour Eiffel?

Sylvain Girard est le patron d'Ecomouton, une entreprise de «moutons tondeuses», qu'il a créée, il y a un an, dans la région parisienne. Il propose des contrats annualisés, qui comprennent la livraison des bêtes sur un site, leurs soins, l'assurance et la visite régulière d'un berger. Parmi les premiers clients franciliens, Norbert Dentressangle, Carrefour et même GDF à Colombes. Il faut compter au minimum 240 € par mois pour deux moutons sur 3000 mètres carrés. 

Des moutons habituellement tondus, tondeurs... Découvrez-le en images !


Moutons d'Ouessant à Paris

Un reportage de F. Malverde, L. Bignalet, E. Cornet, D. Vassy / Avec Marcel Collet, responsable de la ferme de Paris et René Dutrey, adjoint au maire de Paris chargé de l'environnement



  • Record du monde de bisous battu à Billio dans le Morbihan

    Les organisateurs des Virades de l’Espoir du Morbihan peuvent être fiers. Ce samedi, ils avaient donné rendez-vous à Billio (380 habitants) pour battre le record du monde de la plus longue chaîne de bisous. 909 personnes se sont embrassées.

    Mis à jour le 25/09/2016
  • Remportez une auberge avec une mise de 100 euros !

    C'est l'idée de la propriétaire de l'auberge du Cheval Blanc de Loudéac dans les Côtes d'Armor. Elle souhaite organiser un jeu concours pour céder son affaire. Une idée séduisante mais qui n'est peut être pas si simple à mettre en place. il faut prendre certaines précautions

    Mis à jour le 18/09/2016
  • A Brest, un triporteur pour les personnes âgées

    L’Association «A vélo sans âge » propose un triporteur comme moyen de locomotion. Testé, ce concept est approuvé par les personnes âgées de l'Epad de Pleyber-Christ.

    Mis à jour le 16/09/2016

L'actu de votre région en vidéo

Travaux au collège Théophile Briant à Tinténiac (35)

Poussée démographique oblige en Ille-et-Vilaine, les effectifs de collégiens augmentent fortement. Outre l'annonce de la création de trois nouveaux collèges dans le département pour 2020, on rénove et on pousse les murs comme on peut dans les établissements existants. 22 chantiers sont en cours ou au programme pour les années à venir. Nous sommes allés voir le chantier le plus important du département, celui du collège de Tinténiac, entre Rennes et Saint-Malo. Intervenants : Philippe Geoffroy, principal du collège Théophile-Briant - Stéphane Hubert, Directeur des bâtiments - département d'Ille-et-Vilaine - Jade, 13 ans, élève de 4ème - Nina, 14 ans, élève de 3ème

Reportage : K. Veillard - J.M. Piron

les + lus
les + partagés