publicité

On ne vendra plus de pesticides dans 42 magasins Leclerc

D'ici l'automne, 42 magasins Leclerc de la coopérative bretonne Scarmor ne vendront plus aucun pesticide dans leurs rayons d'ici à l'automne, une première dans la grande distribution à une telle échelle. 

  • G.L. avec AFP
  • Publié le , mis à jour le
Parmi les produits phytosanitaires autorisés à la vente certains sont déclarés toxiques par l'ANSES et restent en vente libre... © P Knolox /CC

© P Knolox /CC Parmi les produits phytosanitaires autorisés à la vente certains sont déclarés toxiques par l'ANSES et restent en vente libre...

L'information a été annoncée par les initiateurs de l'opération baptisée "Zéro Phyto". La démarche a débuté en mars et doit aboutir progressivement à l'abandon complet d'ici l'automne de la vente de produits phytosanitaires, a expliqué Jean-Marie de Bel Air, responsable de l'opération pour la centrale d'achat coopérative.

"On a décidé d'arrêter progressivement en 2013 tous les produits contenant des molécules chimiques", a indiqué M. de Bel Air, également à la tête du magasin Leclerc de Plougastel-Daoulas, près de Brest, où le rayon jardinerie ne comporte déjà plus aucun pesticide.Quelque 90 produits, représentant un chiffre d'affaires annuel pour la coopérative de 1,5 million d'euros, vont progressivement disparaître des rayons, pour être remplacés par d'autres plus respectueux de l'environnement. C'est "une démarche risquée", a assuré M. de Bel Air. "On va perdre du chiffre d'affaires dans un premier temps, mais tout l'enjeu est d'en perdre le moins possible et de revenir à l'étal dans un ou deux ans".

La coopérative entend "accompagner le consommateur dans le changement de ses habitudes" par le biais de la communication. "On va expliquer qu'il y a des méthodes alternatives" pour jardiner, a assuré David Mazé, responsable commercial pour la Scarmor, indiquant que les vendeurs concernés avaient commencé à être formés. Grâce à des volumes plus importants et à un effort de l'enseigne, l'écart de prix entre les produits phytosanitaires et les produits naturels passerait progressivement de 20 à 30% à 10% et moins à terme, selon M. de Bel Air. L'usage des pesticides doit être réduit de 50% en France entre 2008 et 2018, selon l'objectif fixé par le Grenelle de l'environnement en 2007.

"Autant préparer les choses plutôt que les subir", a indiqué M. de Bel Air, reconnaissant qu'il y avait également dans la démarche "un enjeu d'image". Les magasins E. Leclerc s'étaient déjà mobilisés pour l'environnement en 1996 en supprimant les sacs en plastique des caisses. L'initiative était partie de Bretagne, berceau de la famille Leclerc. Chaque magasin de l'enseigne est dirigé par un indépendant, qui peut tester individuellement de nouvelles voies et partager ensuite une bonne pratique avec l'ensemble du groupement,  souligne la Scarmor. Leurs magasins sont dans le Finistère, les Côtes d'Armor et la Morbihan.

L'actu de votre région en vidéo

Hubert Journel, médecin lanceur d'alerte sur la Dépakine

Hubert Journel, généticien au Centre Hospitalier Bretagne Atlantique à Vannes, fait partie des médecins qui dès les années 80 ont alerté sur la Dépakine. Avec des collègues du centre "anomalies du développement", il suit 128 femmes ayant pris ce médicament pendant leur grossesses. Le constat est alarmant. Hubert Journel, généticien au Centre Hospitalier Bretagne Atlantique à Vannes Reportage du 11 août 2016

Reportage : M. Thiébaut - N. Dalaudier

les + lus