publicité

Les marins-pêcheurs, les "oubliés des oubliés" de la guerre de 14-18

"Tout le monde ignore aujourd'hui que les marins-pêcheurs ont payé un lourd tribut lors de cette guerre", assure un officier général de la Marine. A Plougonvelin, l'association "Aux Marins" oeuvre pour leur mémoire. 

  • Avec AFP
  • Publié le , mis à jour le
Dans le cénotaphe dédié aux marins disparus © FRED TANNEAU / AFP

© FRED TANNEAU / AFP Dans le cénotaphe dédié aux marins disparus

Une cinquantaine de bateaux de pêche ont été coulés le long des côtes de l'Atlantique et de la Manche pendant la Première Guerre mondiale, faisant près de 250 morts, selon un inventaire établi par l'association Aux Marins, pour qui celui-ci est cependant loin d'être exhaustif, beaucoup de pêcheurs ayant péri sous le feu ennemi, au large des côtes, sans qu'on le sache forcément.
               
"C'est une des rares fois où on va parler des marins-pêcheurs dans la guerre et la première fois qu'on va leur rendre hommage de cette manière", se félicite Pierre Léaustic., officier général de la Marine.
               
Labellisé par la Mission du Centenaire de la guerre de 14-18, le projet comprend une exposition intitulée "Le front oublié des marins-pêcheurs". Elle se tiendra au Conquet (Finistère) du 30 mai au 22 juin et présentera les tragédies maritimes vécues par ces hommes.

On ne peut pas oublier


Le projet consiste également en une cérémonie, le 31 mai, organisée à la pointe Saint-Mathieu, à l'extrême ouest du Finistère, là où se trouve depuis 1927 le Mémorial national aux marins morts pour la France, et depuis 2005 un cénotaphe où son exposées plus de 1.300 photos de marins civils et militaires morts pour la France.
               
"Mon grand-père était sur un bateau de pêche en 1917 au large de Dieppe quand il a explosé sur une mine allemande en faisant 11 morts et disparus", témoigne Jean-Paul Levallois, 68 ans, qui participera à la cérémonie, se disant "très ému" de cet hommage. "On ne peut pas oublier", assure-t-il, avant de souligner que son "grand-père pêchait pour nourrir la population", participant ainsi à l'effort de guerre.
               
Un cycle de conférences est également prévu lors de cet hommage avec le concours de professeurs, chercheurs et écrivains.
  • Les bretons dans la Grande Guerre : l'après (5/5)

    La société bretonne ne sort pas indemne du conflit. Il y a bien sûr les morts au combat, 130 000 soldats sur les 600 000 Bretons mobilisés. La langue bretonne et la religion perdent du terrain. La première Guerre Mondiale marque aussi une rupture dans l'histoire de la revendication bretonne. 

    Mis à jour le 07/11/2014
  • Les bretons dans la Grande Guerre : drôles de héros (4/5)

    La Bretagne a payé un lourd tribut dans la Grande Guerre. Parmi les 130 000 morts, quelques destins exceptionnels ont marqué dont celui d'un enfant-soldat du Faouët, Jean-Corentin Carré, et celui d'une famille malouine qui s'est sacrifiée pour la France. 

    Mis à jour le 06/11/2014
  • Les bretons dans la Grande Guerre : à l’arrière (3/5)

    Loin du front, la Bretagne est paradoxalement en première ligne. C'est dans la région que les alliés débarquent le matériel et les hommes indispensables à l'effort de guerre, alors que les sous-marins allemands rôdent dans les eaux bretonnes. Sur terre, il faut pallier à l'absence des hommes.

    Mis à jour le 05/11/2014
les + lus
les + partagés