Brennilis (29) : la station de prélèvement d'air de la centrale nucléaire incendiée

Trois stations de prélèvement d'air situées près de sites nucléaires ont été incendiées dans la nuit de dimanche à lundi. Une des installations détruites se situe près de la centrale nucléaire de Brennilis, en cours de démantèlement. 

La centrale nucléaire de Brennilis, en cours de démantèlement dans le Finistère
La centrale nucléaire de Brennilis, en cours de démantèlement dans le Finistère © Maxppp / PQR / C. Prigent
Ce mardi, l'IRSN, l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire a confirmé les incendies criminels de trois stations de prélèvement d'air situées près de sites nucléaires. Les faits se sont déroulés dans le Finistère, le Cher et en Côte-d'Or dans la nuit de dimanche à lundi.

Dans le Finistère, c'est la station de prélèvement d'air qui se situe à un kilomètre et demi de l'ancienne centrale nucléaire de Brennilis (à l'arrêt depuis 1985) qui a été la cible d'incendiaires. Ces derniers ont découpé le grillage ceinturant le terrain sur lequel se trouve l'équipement avant d'y mettre le feu.

Des analyses quotidiennes de radioactivité ambiante

Les préleveurs d'air de l'IRSN, qui sont installés sur des sites appartenant aux exploitants, pompent de l'air sur un filtre qui est relevé tous les jours. Il est ensuite envoyé à un laboratoire de l'IRSN qui se charge de l'analyser.

Aucune revendication

"Ce sont des actes de malveillance car le feu a pris par le bas", a estimé Jérôme Joly, directeur général adjoint de l'IRSN, en charge de la radioprotection. Dans l'une des trois stations, un "système de mise à feu très rudimentaire" a été retrouvé, a-t-il précisé.

"En l'état, des constatations sont menées pour voir si ces faits pourraient être liés les uns aux autres. A ce stade, il n'y a eu aucune revendication", a indiqué de son côté une source proche du dossier. Trois enquêtes ont été ouvertes.

Comme c'est le cas pour tous les incidents se déroulant à proximité de ses sites, EDF en a informé les pouvoirs publics et l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Dans les deux cas, "des enquêtes sont en cours", a précisé un porte-parole du groupe.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers nucléaire
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter