Si la Loire, le Rhône ou la Seine sont de grands fleuves français, dont la renommée n'est plus à faire, on connaît moins le Blavet, dont le cours est pourtant ponctué d'étapes séduisantes. Le fleuve breton, long de quelque 160 kilomètres, nait quelque part à Bourbriac au sud de Guingamp. Il traverse donc la Bretagne du nord au sud, sillonnant une partie des Côtes d'Armor puis du Morbihan, avant de se jeter dans l'Atlantique au niveau de la rade de Lorient. 

Le Blavet, des pierres et des histoires


Les rives du cours d'eau breton sont rythmées d'innombrables chapelles, châteaux, villages ou ouvrages d'art... des lieux souvent plein de charme, mais aussi chargés d'histoire.
La ville de Pontivy, par exemple est une des villes principales baignées par le Blavet. Sa situation privilégiée et stratégique au centre de la région a fait que Bonaparte l'a renommée Napoléonville. Le monarque a voulu en faire une place militaire et commerciale en décidant notamment de canaliser le Blavet vers Lorient, et de le raccorder au canal de Nantes à Brest.


À Poul Fetan, plongée dans la vie quotidienne du 19ème siècle

A Quistinic, le village de Poul Fetan, qui surplombe le Blavet, existe depuis le 16è siècle. Abandonné dans les années 70, le hameau qui a abrité quelque 70 habitants, a été totalement restauré aujourd'hui pour accueillir des visiteurs curieux de se replonger dans la vie quotidienne de 1850. Lavandière, fabrication du beurre, de galettes, de cordages en chanvre... les animations sont multiples et diverses pour les grands comme pour les plus jeunes, en passant par le nourrisage des animaux de la ferme.

Pour l'entretien, l'aménagement des animations, des expositions, les cultures et le soins des animaux, Poul Fetan est aussi depuis 2006 le cadre d'un chantier d'insertion professionnelle nature et patrimoine.
Ouvert au public 6 mois de l'année, d'avril à fin septembre, le site connaît une fréquentation en constante augmentation. Cette saison, ce sont près de 50 000 visiteurs, qui ont pu plonger dans cette atmosphère du 19è siècle.

les chaumières du village de Poul Fetan à Quistinic (56) / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne
les chaumières du village de Poul Fetan à Quistinic (56) / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne

Le Pont du Bonhomme, au dessus de l'estuaire

Entre les communes de Lanester et Kervignac, le Pont du Bonhomme enjambe le Blavet, surplombant l'estuaire du fleuve, avant qu'il ne rejoigne l'Atlantique. Le premier ouvrage, un pont suspendu à péage, a été construit en 1904, pour remplacer le système des passeurs et du bac, appelé le passage de la coutume, qui existait depuis le 17ème siècle, mais qui pour les chevaux et les voitures impliquait de passer par Hennebont, un certain détour.
Le nom du pont, Le Bonhomme, proviendrait de rochers, se faisant face sur les rives du Blavet, et qui laissaient apparaitre les profils d'un homme et d'une femme.
Ce pont a marqué les esprits, les habitants du quartier riverain, se souviennent encore du bruit caractéristique des voitures passant sur son tablier en bois et qui indiquait la direction des vents. Ils n'oublient pas non plus le balancement, un peu effrayant du tablier en cas de tempête...

Détruit partiellement durant la seconde guerre mondiale, reconstruit, mais devenu insuffisant pour supporter le trafic automobile, le Pont du Bonhomme a été remplacé en 1974, par un nouvel ouvrage en béton. Aujourd'hui, son tablier a disparu, il ne reste plus que les piles avec au-dessus deux statues, des copies désormais, du "bonhomme" et de la "bonne femme", en bois polychrome, oeuvres du sculpteur Goanvic.

Le Pont du Bonhomme, côté Kervignac (56) / © Bruno Van Wassenhove - France 3 Bretagne
Le Pont du Bonhomme, côté Kervignac (56) / © Bruno Van Wassenhove - France 3 Bretagne


Une petite chapelle dédiée à Saint-Gildas

A Bieuzy, au détours d'une courbe du Blavet, la petite chapelle Saint-Gildas, se reflète dans l'eau. Adossée à la roche, cet édifice en partie troglodyte, date du 15ème siècle. Un lieu plein de charme, étape du festival l'Art dans les chapelles, qui chaque été accueille des oeuvres d'art contemporain.

Au bord du Blavet, la chapelle Saint-Gildas à Bieuzy (56) / © Bruno Van Wassenhove - France 3 Bretagne
Au bord du Blavet, la chapelle Saint-Gildas à Bieuzy (56) / © Bruno Van Wassenhove - France 3 Bretagne


Le Blavet, des pierres et des histoires
Balade à la découverte du Blavet, avec une étape à Pontivy, puis dans le village du 19è siècle de Poul Fetan à Quistinnic (56) et au Pont du Bonhomme, qui enjambe le fleuve entre Lanester et Kervignac. Intervenants : Stéphanie et Nicolas, touristes Québécois - Lina et Serge, touristes de Castelnau d'Aude (11) - Réjane Even, responsable d'exploitation village de Poul Fetan - Didier Bastard, responsable technique du chantier d'insertion professionnelle Nature et patrimoine - Invités : Didier Plévert et Gwenaël Le Sausse, association Les Amis du Pont du Bonhomme Un numéro signé Krystel Veillard, Bruno Van Wassenhove, Jean-François Lehuger, Anne-Marie Rouanès

 

Le Blavet, un fleuve pour naviguer


Le fleuve est navigable de l'océan jusqu'à Pontivy. Au-delà, il se confond avec le canal de Nantes à Brest, et les bateau peuvent y poursuivre leur navigation, mais le lac de Guerlédan, avec son barrage, juste au dessus ne leur permet pas d'aller plus loin. Ce cours d'eau très artificialisé compte de nombreuses écluses et deux barrages.

Ecluse sur le Blavet à Hennebont (56) / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne
Ecluse sur le Blavet à Hennebont (56) / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne


Au Fil de l'eau sur le Korriganez

Le Korriganez, est une péniche hollandaise traditionnelle, un tjalk, construit en 1907 pour le transport de marchandises entre les Pays-Bas et l'Allemagne. Il est aujourd'hui basé à Hennebont, dans le Morbihan. Tanguy et Linda, chargés par la Région Bretagne de faire revivre la maison éclusière des Goreds, y emmènent tous ceux, qui veulent découvrir le Blavet sur l'eau. La péniche, avec ou sans ses voiles, descend ou remonte les Blavet en fonction de la saison. L'été les balades se font plutôt côté océan, sinon, elle s'en va passer les écluses vers l'amont du fleuve.

Les jeunes mariniers... Au Fil de l'Eau, c'est le nom de leur association, ont le projet de restaurer la maison éclusière pour la transformer en gîte, mais déjà une guinguette vient y animer les dimanches une fois par mois et aux beaux jours, le bateau sert de cadre à des projections de films, se transformant en cinéma sur l'eau.

Le Korriganez au passage d'un écluse à Hennebont / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne
Le Korriganez au passage d'un écluse à Hennebont / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne

Une belle aire de jeu pour pagayer

La navigation sur le fleuve peut aussi se faire à bord d'embarcations beaucoup plus légères, comme des kayaks ou des canoës. Le parc d'eau vive autour de l'île de Locastel à Inzinzac-Lochrist est le spot idéal pour ça, dans la semaine il accueille notamment les scolaires.
Et puis chaque année, s'y déroulent les 24 heures de kayak, avec le défi des écoles, le premier week-end de juin.

Le parc d'eau vive à Inzinzac-Lochrist / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne
Le parc d'eau vive à Inzinzac-Lochrist / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne

Le Blavet, un fleuve pour naviguer
Navigation sur le Blavet à bord de la péniche hollandaise le Korriganez, en compagne de Linda et Tanguy (Au Fil de l'eau) puis en kayak avec les enfant de l'école Pierre et Marie Curie de Hennebont sur le Parc d'Eau vive d'Inzinzac-Lochrist. Intervenants : Linda Guidroux et Tanguy Rogel, "Au fil de l'eau" - Manuel Fouquet, moniteur de kayak - Camille et Marin, 8 ans et 9 ans Un numéro signé Krystel Veillard, Bruno Van Wassenhove, Jean-François Lehuger et Anne-Marie Rouanès

 

Des poissons pour les pêcheurs


Le Blavet est un cours d'eau très poissonneux. On y trouve des saumons, vers l'aval au sud, des truites, mais encore, des perches et des carnassiers, comme des brochets ou des sandres. Les anguilles, elles y sont de moins en moins présentes, l'espèce est en effet toujours menacée d'extinction, en raison d'une eau, pas toujours de très bonne qualité, d'obstacles et de passes inéxistantes aux écluses et qui empêchent leur remontée. L'anguille effectue en effet un périlleux voyage depuis la mer des Sargasses où elle va se reproduire pour revenir dans nos cours d'eau...

La brume se lève sur le Blavet à Saint-Barthélémy (56) / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne
La brume se lève sur le Blavet à Saint-Barthélémy (56) / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne

Eux ne sont pas là pour les anguilles. les pêcheurs de carnassiers, du côté de l'étang de Kerné Uhuel, proche des sources du Blavet dans les Côtes d'Armor, ne masquent pas leur plaisir. C'est en effet leur paradis, 80 hectares de plan d'eau, l'un des plus importants des Côtes d'Armor, avec du poisson à profusion. D'autant que la fraîcheur est arrivée vite cette année, la température de l'eau est tombée à moins de 15°C, ce qui fait que la saison pour la pêche aux carnassiers est plutôt précoce. Alors peu importe le leurre, tous les coups sont permis...
Il faut dire que la fédération de pêche des Côtes d'Armor, met le paquet  pour faire du centre Bretagne une véritable destination pêche, avec en particulier des accès facilités, des parcours de pêche aménagés, une meilleure signalisation, et la multiplication d'hébergements dédiés aux touristes pêcheurs...

L'étang de kerné Uhel dans les Côtes d'Armor / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne
L'étang de kerné Uhel dans les Côtes d'Armor / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne

Des truites Arc-en-ciel pour changer le cours de sa vie

Après une petite descente du cours d'eau, arrivée à Melrand dans le Morbihan, à la pisciculture du Bourdoux. Un élevage situé sur la Sarre, un de ses affluents, mais à quelques jetées de pierres du Blavet. L'activité a été reprise depuis un peu plus d'un an par Sarah Gégout et Benoît Verron. Lui était maçon, elle consultante en communication. Le jeune couple, souhaitait changer de vie, travailler ensemble, disposer aussi de plus de temps pour leur petit garçon, et être au contact de la nature...
Ils ont trouvé tout cela sur les bords de la Sarre et aujourd'hui ils élèvent des truites arc-en-ciel, bio, accompagnés dans leur reconversion par la coopérative Bretagne Truite. La Bretagne compte une cinquantaine de piscicultures, mais celle du Bourdoux est une des dernières dans le Morbihan.

Des poissons pour les pêcheurs
Partie de pêche sur l'étang de Kerné Uhel, dans les Côtes d'Armor, proche de la source du Blavet et rencontre avec Sarah Gégout à la pisciculture du Bourdoux sur la Sarre (Melrand) dans le Morbihan. Intervenants : François Gabillard, moniteur guide de pêche - Sébastien Juvaux, chargé de développement à la Fédération de pêche des Côtes d'Armor - André Quéré, retraité et pêcheur heureux Invitée : Sarah Gégout, pisciculture du Bourdoux Un numéro signé Krystel Veillard, Bruno Van Wassenhove, Jean-François Lehuger et Anne-Marie Rouanès

 

De l'eau, des perles et des roches


Un petit affluent du Blavet, le ruisseau du Loc'h court sous les arbres, dans la végétation. Pierre-Yves Pasco, de l'association Bretagne Vivante et Pascal Bourdon, animateur Natura 2000 pour le Blavet, ont apporté un peu de matériels... les aquascopes vont leur permettre de repérer sous l'eau les moules perlières.
Cette espèce, traditionnellement abondante en Bretagne, est une moule d'eau douce au cycle de vie très long, une centaine d'années.

Mais dans les rivières aujourd'hui, on ne trouve plus que des moules adultes, les juvéniles ont disparu. L'espèce s'éteint peu à peu depuis les années 50. Et si le renouvellement ne se fait pas, c'est pour de multiples raisons. Le cycle de reproduction de ces moules d'eau douce est très compliqué, les larves doivent se fixer sur les branchies de poissons-hôtes, les truites fario, dont la population doit donc être suffisante et puis ensuite les sédiments où s'enfouissent les petite mulettes doivent être bien oxygénés pour leur permettre de grossir... 

La mulette perlière, moule d'eau douce, espèce protégée du Blavet / © Bruno Van Wassenhove - France 3 Bretagne
La mulette perlière, moule d'eau douce, espèce protégée du Blavet / © Bruno Van Wassenhove - France 3 Bretagne

Un programme européen a donc été lancé pour la reproduction de la mulette perlière, afin de la réintroduire dans son milieu naturel. Depuis 2010, l'association Bretagne Vivante a ainsi créé une station d'élevage unique, à Braspart dans le Finistère. A partir de larves récoltées dans le milieu naturel, les petites moules grandissent en bassin avant de retrouver la rivière quelques années plus tard... Ce programme de protection s'accompagne d'un entretien des rives et des cours d'eau, non seulement pour les mollusques, mais aussi pour leurs poissons-hôtes. 

On raconte que la reine Marie de Médicis, épouse d'Henry IV, portait une robe ornée de 32 000 perles de moules d'eau douce... les perles... ce sont elles qui expliquent que la mulette était autrefois très recherchée. Mais aujourd'hui si elle est précieuse, c'est pour une autre raison. Cette moule d'eau douce est considérée comme une espèce parapluie, ça veut dire qu'en la protégeant elle, c'est l'ensemble de l'écosystème, qui en recueille les fruits...

Le chaos de Toul Goulic, un lieu pour les histoires

Après la recherche de la moule perlière, petit arrêt au creux des Gorges de Toul Goulic entre Lanrivain et Trémargat, en compagnie de Ronan Le Mener, responsable de la Maison du Patrimoine de Locarn. Ce chaos granitique, amas d'énormes roches sous lesquelles coule le Blavet, offre un paysage saisissant et spectaculaire. C'est d'abord une formidable caisse de résonnance pour le ruissellement de l'eau sous les pierres. Et puis le granit y est arrondi, érodé, façonné sous l'effet à la fois physique et chimique de l'eau.

Un milieu propice aux mousse et aux fougères, dont certaines très rares. Toul Goulic est encore un cadre de vie idéal pour les poissons et surtout pour la loutre d'Europe, animal emblématique du centre-Bretagne.

Et puis, comme on est en Bretagne, bien évidemment des légendes courrent au milieu des pierres, celles de géants, qui en se désaltérant dans le courant de cette onde pure... auraient voulu se débarrasser des cailloux accrochés à leurs chaussures... des cailloux qui auraient formé le chaos...

Le Chaos de Toul Goulic à cheval entre les communes de Lanrivain et Trémargat, dans les Côtes d'Armor / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne
Le Chaos de Toul Goulic à cheval entre les communes de Lanrivain et Trémargat, dans les Côtes d'Armor / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne

Le Blavet : de l'eau, des perles et des roches
En balade le long du Blavet, découverte de la mulette perlière, espèce remarquable du fleuve breton, puis étape au cœur du Chaos de Toul Goulic. Intervenants : Pierre-Yves Pasco, Bretagne Vivante, Pascal Bourdon, animateur du site Natura 2000 pour le bassin du Blavet Invité : Ronan Le Mener, responsable de la Maison du Patrimoine de Locarn (22) Un numéro signé Krystel Veillard, Bruno Van Wassenhove, Jean-François Lehuger et Anne-Marie Rouanès