En 2012, 22 des 27 députés bretons avaient l'étiquette du Parti socialiste. En 2017, il n'en reste qu'un : François André (65,86%), largement réélu dans la 3ème circonscription d'Ille-et-Vilaine face à Mélina Parmentier (Les Républicains, 34,14%). Mais la République en marche n'avait pas investi de candidat face à lui et François André est "macron compatible". 

Mis à part ce cas, toutes les circonscriptions qui étaient roses en 2012 sont devenues violettes en 2017. La vague LREM a gagné la Bretagne et le PS s'est fait balayer. Le gif animé ci-dessous montre le renouvellement sans précédent qui a eu lieu dans la région. 

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Cliquez ici pour accéder au site mobile.

Concernant les autres partis politiques, Jimmy Pahun, élu d'une courte tête (51,06%) face à Philippe Le Ray (Les Républicains, 48,94%) à Auray, affiche l'étiquette divers. Mais, tout comme François André, il est un soutien d'Emmanuel Macron. 

De leur côté, les Républicains et l'UDI ont limité la casse en conservant trois des quatre sièges qu'ils avaient acquis en 2012. Marc Le Fur (LR, 54,32%) a été élu pour la quatrième fois consécutive dans la circonscription de Loudéac, face à Olivier Allain (LREM, 45,68%). Thierry Benoît (UDI) a également réussi à conserver son fief à Fougères (57,87%).

Gilles Lurton (LR, 56,21%) a quant à lui inversé la tendance du premier tour pour être réélu au second tour dans la circonscription de Saint-Malo, aux dépens de la candidate la République en marche Valérie Fribolle (LREM, 43,79%). La Malouine est la seule en Bretagne qui était en tête au premier tour et qui n'a pas confirmé son statut de favori au second tour. 
 

Résultats du second tour des législatives 2017 en Bretagne

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Cliquez ici pour accéder au site mobile.