Le Breton Olivier Allain coordinateur des États généraux de l'alimentation

Olivier Allain, vice-président à l’agriculture et à l’agro-alimentaire à la région Bretagne, nommé coordinateur des États généraux de l'alimentation / © Maxppp - Photo PQR Ouest-France - P. Renault
Olivier Allain, vice-président à l’agriculture et à l’agro-alimentaire à la région Bretagne, nommé coordinateur des États généraux de l'alimentation / © Maxppp - Photo PQR Ouest-France - P. Renault

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert a lancé lundi les ateliers des États généraux de l'alimentation, en dévoilant la liste des présidents de ces ateliers ainsi que leur coordinateur: Olivier Allain, éléveur et vice-président du conseil régional de Bretagne.

Par T.P. (avec AFP)

"Ces États généraux vont nous permettre d'avoir des éléments pour construire une politique durant tout ce quinquennat, préparer la prochaine PAC (Politique agricole commune), préparer les négociations commerciales entre les industriels et les distributeurs qui auront lieu à partir de la mi-octobre", a indiqué le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert lors d'une conférence de presse au ministère.

Après ce premier chantier, le deuxième, consacré à "une Alimentation saine, sûre, durable et accessible à tous", doit démarrer début octobre et s'achever fin novembre.

Un éleveur breton comme coordinateur

Pour coordonner les ateliers qui vont traiter des différentes thématiques de ces États généraux, le ministre a fait appel au Breton Olivier Allain.

Agriculteur en GAEC avec sa sœur à Corlay dans les Côtes-d’Armor sur un élevage de vaches allaitantes et de poules pondeuses, cet agriculteur de 53 ans et homme politique (il a été battu sous l'étiquette LREM aux dernières législatives dans la 3ème circonscription des Côtes d'Armor, ndlr) a été le conseiller agricole du candidat Macron. Certains le présentait même au poste de ministre de l'Agriculture. Il est cinquième vice-président chargé de l’agriculture et de l'agroalimentaire à la Région Bretagne après avoir occupé plusieurs mandats de président de la FDSEA des Côtes d'Armor et de président de la chambre d'agriculture.

Conscient de la lourde tâche que représente ce poste, vu les attentes des agriculteurs sur la répartition des prix et du revenu de leur travail, Olivier Allain a rappelé dès ce lundi la très forte attente des agriculteurs en grande difficulté concernant la question des prix agricoles, principal thème du premier chantier qui débute dès ce mardi et qui doit se finir fin septembre.

Des présidents d'ateliers controversés

Pour mettre au point les propositions, le ministre et ses équipes ont choisi une vingtaine de personnalités issues du monde politique, agricole, associatif et industriel, mais pas syndical, pour présider ces ateliers.

Ainsi, on retrouve le député PS Dominique Potier et la sénatrice LR Sophie Primas à la tête de l'atelier sur la transition écologique, le député PS Guillaume Garot présidera l'atelier sur le gaspillage alimentaire et la maire PS de Nantes, Johanna Rolland présidera avec le député LREM François-Michel Lambert celui sur les initiatives locales. Le président de l'association de consommateurs CLCV présidera un atelier sur les attentes des consommateurs avec le directeur des laiteries Triballat, Dominique Verneau. Le directeur général délégué du groupe Avril, Yves Delaine, comme le président de la coopérative Axéréal, Jean-François Loiseau, deux géants de l'agrobusiness, sont aussi à la tête d'ateliers. On retrouve également les noms de Marion Guillou, présidente de l'établissement public Agreenium, l'ex ministre écologiste Dominique Voynet (IGAS) et le juriste Guy Canivet, ancien membre du Conseil constitutionnel.

Avant même leur dévoilement officiel, la composition de ces ateliers a été très critiquée par les organisations syndicales, qui n'ont obtenu aucune présidence. Ainsi, l'atelier 5, intitulé "rendre les prix d'achat des produits agricoles plus rémunérateurs pour les agriculteurs", sera présidé "par une multinationale de l'agroalimentaire Danone et la grande distribution (Système U)!", a dénoncé la FNPL (fédération des producteurs de lait). Cet atelier sensible, au coeur du premier chantier, est l'un des deux ateliers qui vont animer ce mardi la toute première journée de ces États généraux.

Outre les 13 ateliers qui composent les deux chantiers, un quatorzième atelier transversal, de fin août à fin novembre, doit discuter de la répartition des cinq milliards d'euros du plan de modernisation de l'agriculture promis durant la campagne.

A lire aussi

Sur le même sujet

Vente de sable breton sur internet : le Finistère s'inquiète

Près de chez vous

Les + Lus