Fin des essais d'hydroliennes à Paimpol-Bréhat : le coup de gueule du maire de Paimpol

La barge qui a permis de déposer l'hydrolienne à 40 mètres de profondeur à coté de Bréhat / © DCNS
La barge qui a permis de déposer l'hydrolienne à 40 mètres de profondeur à coté de Bréhat / © DCNS

Dans un communiqué intitulé "chronique d’un échec industriel", le maire de Paimpol, Jean-Yves de Chaisemartin (UDI) dénonce l'annonce "unilatérale" par EDF de l'arrêt du site expérimental d'hydroliennes de Paimpol-Bréhat. 

Par Thierry Peigné

Une annonce "aussi brutale qu'incompréhensible". La décision de ce lundi 6 novembre des groupes EDF et Naval Energies de stopper les essais d'hydroliennes sur le site au large de Bréhat, ne passe pas du tout auprès du maire de Paimpol, dans les Côtes d'Armor. 


Selon Jean-Yves de Chaisemartin, les collectivités locales auraient été bernées par EDF. Dans son communiqué, l'élu UDI rappelle "qu'EDF devait installer 5 hydroliennes sur le site d’essai pour un montant estimé à 28 millions d’euros". Un projet pour lequel "tous les élus du territoire, comme de la Région Bretagne, s'étaient mobilisés" en vue de sa réussite.
© Malika Merouari_Maxppp
© Malika Merouari_Maxppp

Un projet largement subventionné

L'élu tient à souligner que les essais des deux hydroliennes immergées "ont coûté 70 millions d'euros"largement subventionné notamment par le Conseil Régional de Bretagne. Une facture qu'il considère bien lourde pour les usagers et contribuables bretons, alors que le projet s'arrête. 

Quant à la poursuite des essais au Canada afin d'être au point pour un développement de la technologie en Normandie, l'élu estime que "leur repli sur le Raz Blanchard reste le déni de toutes démarches engagées sur plusieurs années et construites avec un territoire et ses acteurs économiques."


Demande d'explications

Le maire de Paimpol, également vice-président du Conseil Départemental des Côtes d’Armor, exigent des explications de la part d'EDF sur cet abandon des essais "sans discussion" qui souligne "un échec industriel ainsi qu’un mépris affirmé pour tout un territoire". Et de finir par menacer le groupe industriel : "Nous attendons donc fermement de la part d’EDF qu’ils viennent s’expliquer sur les raisons de cette décision s’ils ne veulent pas récolter les raisins de la colère".


Sur le même sujet

Une octogénaire expulsée de l'hôpital de Vannes

Près de chez vous

Les + Lus