INSOLITE. Il veut traverser l'Atlantique à la godille

Il veut traverser l'Atlantique en godille / © JM. Seigner
Il veut traverser l'Atlantique en godille / © JM. Seigner

Un habitant de Trébeurden va tenter une traversée de l'Atlantique originale. Il sera le premier à s'élancer des Canaries pour rejoindre la Martinique à la godille, en solitaire et sans assistance.

Par Baptiste Galmiche

C'est un défi plutôt original et surtout jamais vu : traverser l'Atlantique à la godille. "Cela consiste à propulser un bateau avec un aviron placé à l'arrière. C'est un moteur écologique en somme", indique Hervé Le Merrer, à l'origine de ce défi. Depuis plus de deux ans, il se consacre pleinement à ce projet.

 La date du départ, à la mi-décembre, arrive à grands pas, alors le bateau doit être impeccable. "Il avance bien. Il a énormément gagné en autonomie. C'est agréable". Et d'ajouter : "Il me paraît très sympa à vivre." Et heureusement ! Le marin entend rallier la Martinique en deux mois, depuis les Canaries. Une distance de 2 700 milles marins, à une vitesse moyenne de 2 nœuds (3,7 km/h).

Derrière ce défi un message écologique. "La plupart des bateaux pourraient rentrer à la godille. On pourrait même aller à la pêche à la godille", lance Hervé. "On met 10 m de lignes et le bar s'attrape tout seul. Il n'y a pas de bruit."

Skipper aguerri


La mer, Hervé Le Merrer la connaît bien. Skipper depuis 30 ans, il n'a rien d'un doux rêveur.

J'ai traversé l'Atlantique à 21 reprises, en solitaire ou en équipage. J'ai eu la chance de naviguer sur des bateaux d'exception, de restaurer des vieux gréements et aussi de construire mon propre bateau, le premier de la série des POGO pour la mini transat 1993. J'ai gagné le prologue de l'édition 1997 de la mini transat où je terminais 20e et aussi, en équipage, les trois étapes du tour d'Islande en 2004.


Traverser l'Atlantique en Godille, un projet entrevu en pleine mer, un jour de calme plat. "On est tombé dans un trou de vent, une bulle anticyclonique. Les alizés n'étaient pas là. Ça a duré une dizaine de jours. C'était voile affalée", raconte-t-il. La solution était toute trouvée : "J'avais une godille en bois à bord, et pour passer mes nerfs, j'ai godillé, godillé. Je me suis aperçu que j'avançais bien."

Patrick Poivre d'Arvor sera le parrain du bateau. D'ici à la date de son départ, la chasse aux sponsors reste ouverte.



Visitez la page Facebook du skipper.

Sur le même sujet

Locminé teste le passage piétons en 3D

Près de chez vous

Les + Lus

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne