Paimpol-Bréhat : c'est terminé pour les essais d'hydroliennes

La seconde hydrolienne sera immergée à 40 mètres de profondeur au large de Bréhat-Paimpol / © DCNS
La seconde hydrolienne sera immergée à 40 mètres de profondeur au large de Bréhat-Paimpol / © DCNS

EDF et Naval Energies ont décidé de stopper les essais menés avec les hydroliennes immergées sur le site expérimental de Paimpol-Bréhat.

Par Thierry Peigné

"EDF et Naval Energies ont tiré le retour d’expérience de la construction, de l’immersion et des essais des hydroliennes OpenHydro sur le site expérimental de Paimpol-Bréhat. Il conduit à clore cette phase importante de développement". C'est par ce communiqué commun envoyé lundi 6 novembre, que les deux groupes EDF et Naval Energies (ex-DCNS) ont annoncé mettre fin aux essais commencé en 2011 au large de Paimpol dans les Côtes d'Armor. 

Première immersion en 2011

2011 avait vu l'immersion d'une hydrolienne, première étape sous-marine d'un projet lancé en 2008. Le projet, quoique toujours présenté comme expérimental, s'était poursuivi par l'immersion en mai 2016 d'une seconde éolienne. Le site était ainsi constitué de ces deux machines de 16 mètres de diamètre, reliées à un convertisseur sous-marin commun, qui devait à terme transformer l'énergie en courant continu pour fournir 1 MW d'électricité. 


Le projet avait connu de multiples problèmes techniques et de corrosion, obligeant les opérateurs à sortir les hydroliennes de l'eau. Elles devaient être réimmergées. Elles resteront à Cherbourg où elles avaient été rapatriées.


Poursuite du projet du Raz-Blanchard

Le communiqué précise que le projet de ferme pilote Normandie Hydro qui vise l’installation de sept hydroliennes en mer dans le Raz-Blanchard est lui poursuivi. De même, "le retour d’expérience de Paimpol-Bréhat bénéficiera en particulier à la ferme expérimentale de la Baie de Fundy au Canada, le projet Cape Sharp mené par Naval Energies."

Ces deux projets de démonstration technologique, menés sur des sites aux conditions environnementales très différentes mais complémentaires, doivent permettre d’exploiter des données importantes pour optimiser la conception, la fiabilité et les performances des hydroliennes OpenHydro.

Une fois la technologie confirmée sur le projet expérimental canadien de Cape Sharp, EDF sera en capacité de lancer la phase industrielle du projet Normandie Hydro dans le Raz-Blanchard.

A lire aussi

Sur le même sujet

Un surfeur morbihannais à la recherche des vagues du monde

Près de chez vous

Les + Lus

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne