Que sait-on sur le jeune homme qui a giflé Manuel Valls à Lamballe (Côtes d'Armor) ?

Manuel Valls à Lamballe (22) le 17/01/2017 / © Photo PQR - Ouest-France - J. Le Gall
Manuel Valls à Lamballe (22) le 17/01/2017 / © Photo PQR - Ouest-France - J. Le Gall

Ce mercredi matin, le jeune homme qui a giflé Manuel Valls à la sortie de la mairie de Lamballe est toujours en garde à vue à la gendarmerie. Originaire de la région de Lamballe, il encourt jusqu'à 3 ans de prison pour son acte.

Par Thierry Peigné


"Ici, c'est la Bretagne". Voici les mots lâchés par le jeune homme lorsqu'il a donné une gifle à Manuel Valls en campagne à Lamballe mardi après-midi pour la primaire de la gauche. 

Ce jeune homme de 18 ans habite dans la région. Il a effectué une partie de sa scolarité dans un collège de Lamballe. Sur sa photo de profil Facebook, le jeune Nolan prend la pose en faisant une "quenelle", geste à connotation antisémite véhiculé par le polémiste Dieudonné. En bannière, il affiche des drapeaux bretons avec une revendication "Bevet Breizh Dizalc'h" qui signifie "Vive la Bretagne indépendante". Sur cette même page Facebook se trouve un post (de janvier 2016) à caractère régionaliste et indépendantiste dans lequel est inscrit "La Bretagne appartient à son Peuple et pas au Peuple de France".

Même si sur ce profil Facebook s'affiche ses affinités avec certaines personnalités classées à l'extrême droite et des mouvements identitaires bretons, pour autant rien ne permet d'affirmer actuellement qu'il est "un militant identitaire proche de l'extrême droite bretonne" comme le soupçonne Manuel Valls.
Suites de la gifle donné à Manuel Valls
Au lendemain de l'agression de Manuel Valls à Lamballe (22), précisions sur l'auteur de la gifle. Intervenant : Manuel Valls, candidat à la primaire de la gauche - Récit : G. Le Morvan

Il encourt jusqu'à 3 ans de prison

Immobilisé violemment par les gardes du corps du candidat suite à son acte, le jeune homme a été remis à la gendarmerie de Lamballe où il se trouve toujours en garde à vue pour «violences sans incapacité de travail sur une personne chargée d'une mission de service public» (ndlr : Manuel Valls est député de l'Essonne). Il encourt jusqu'à 3 ans de prison. Sa garde à vue expire à 16h30 ce mercredi. A 11h, le parquet de Saint-Brieuc n'avait toujours pas reçu de plainte. Manuel Valls a fait savoir mardi soir qu'il allait porter plainte.

Selon le parquet de Saint-Brieuc, le jeune homme est connu pour un rappel à la loi en 2014 pour usage de stupéfiants. Il n'est pas non plus un militant acharné, violent ou "sauvage". "S'il a cherché à se faire remarquer, ses motivations profondes pour cette gifle ne sont pas encore précises" précise le parquet.

"Il n'est pas en phase avec notre société"

Contacté par le Parisien, le père de Nolan, explique après avoir vu la vidéo de la claque que "Ce geste, il lui appartient. Je ne peux pas me mettre à sa place. C'est encore un ado. Comme beaucoup de jeunes de sa génération, il n'est pas vraiment en phase avec notre société." Et de rajouter qu'il considère cette claque comme un acte de rébellion de son fils : "Il n'y a pas de haine. Ce n'est pas un gamin méchant. Je pense que c'est le fait de la proximité avec Manuel Valls qui a fait qu'il est passé à l'acte (...) Maintenant, ce qui est fait est fait. Il va devoir assumer."

A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS LEGISLATIVES 2017 SUR FRANCE INFO

Lorient : Nouveau procédé de surgélation Qwehli

Près de chez vous

Les + Lus