Élections 2017
avec

Rechercher un résultat

Drame du Bacardi: un procès à huis clos pour un jeune jugé pour un meurtre en discothèque

Drame du Bacardi : une enquête hors normes
La cour d'assises des mineurs des Côtes d'Armor entend aujourd'hui l'auteur présumé du meurtre d'un jeune homme de 18 ans : il avait été tué d'un coup de couteau à la discothèque Le Bacardi à Callac. Le suspect interpellé au moment des faits fin 2014 était encore lycéen. Intervenant : Colonel Marc Soulas, Commandant Section Recherche Régionale de la Gendarmerie Nationale (interview Juin 2015) - Récit : Bruno Van Wassenhove

Un jeune homme, accusé d'avoir tué un étudiant dans une discothèque fin 2014 à Callac dans les Côtes d'Armor, s'est ouvert mercredi matin à huis clos devant la cour d'assises des mineurs des Côtes-d'Armor. Un drame qui avait été marqué par une enquête hors normes.

Par Thierry Peigné (avec AFP)

Ce mercredi matin, malgré la demande de l’avocate générale et des parties civiles qui souhaitait que les débats soient publics, le procès de ce jeune homme de 19 ans, a commencé à Saint-Brieuc sous le régime de la publicité restreinte. C’est la règle de droit commun qui s’applique devant la cour d’assises des mineurs, le prévenu ayant 17 ans au moment des faits.

Le procès se déroule donc à huis clos, sans public ni presse.


Un drame sur fond d'alcool

Le drame s'était déroulé dans la nuit du 20 au 21 décembre 2014, dans la discothèque le Bacardi, à Callac, entre Lannion et Carhaix. Cette nuit-là, la boîte de nuit est pleine à craquer. Loin de sa capacité autorisée de 650 personnes, quelque 1300 personnes y passent la soirée. L'alcool coule à flots et plus d'une vingtaine de bagarres vont éclater. 

Vers 4h30, un jeune homme s'effondre au bord de la piste de danse. Pierre Baron, étudiant de 18 ans en BTS agricole, vient d'être touché au ventre par la lame d'un couteau. Originaire de Landeleau (Finistère), il décède sur place d'une hémorragie interne, malgré l'arrivée des secours.

Une forte émotion en centre-Bretagne

Le drame de la mort de ce jeune homme, provoque une vague d'émotion en centre-Bretagne et plus particulièrement à Landeleau, où Pierre Baron appartenait à l'équipe de football. Une marche blanche réunit entre 2 000 et 3 000 personnes dans le village une semaine après les faits. Sur des pancartes, portées par ses amis et ses coéquipiers de l'équipe de football locale, est écrit: "Plus jamais ça", et "Pourquoi?"
 

Une enquête hors norme

Pendant près de six mois, le meurtrier présumé va garder le silence. La gendarmerie mobilise d'importants moyens: dix-sept militaires se consacrent exclusivement à l'enquête.
Lors de l'enquête de plus de 6 mois, plusieurs appels à témoins sont lancés, plus d'un millier de personnes sont interrogés et 900 photos ou vidéos sont étudiées. Quatre personnes sont finalement interpellées début juin 2015. Parmi elles, le principal suspect, un adolescent de 17 ans qui finit par reconnaître les faits et qui déclare avoir "agi sur fond d'alcool dans le cadre d'un différend l'opposant indirectement à la victime", relate la gendarmerie.

Le jeune homme, qui fêtera ses 20 ans le 25 mai, a été mis en examen pour "violences avec arme ayant entraîné la mort sans intention de la donner". 

Son procès, à huis clos, se tiendra jusqu’au verdict qui devrait être prononcé vendredi en fin d’après-midi ou en soirée.

A lire aussi

Sur le même sujet

"Fous de danse" Brest

Près de chez vous

Les + Lus