En Bretagne, à l'ombre de la mer si prisée des matelots de tous poils, l'eau douce ruisselle, stagne, s’infiltre et resurgit… un trésor indispensable à la vie. Nous partons à la découverte d'un écosystème d'une grande richesse, mis en danger par les pollutions notamment d'origine agricole. L'eau, une source inépuisable de légendes populaires, à travers les fontaines qui jalonnent la Bretagne par milliers. Entre la source et le robinet, des centaines des châteaux d’eau se remplissent et se vident chaque jour dans notre région. Dernière étape de notre itinéraire : à Ploërmel, le Lac au Duc propose des activités nautiques pour les jeunes moussaillons comme pour les marins d’eau douce aguerris

Des rivières côtières polluées dans le Léon

En Bretagne, on recense 366 cours d’eau. Parmi eux, 37 % sont en bon état selon la DREAL (Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement Bretagne -  chiffres de 2013, les plus récents). Les rivières côtières du Nord-Finistère font figure de point noir sur la carte de la pollution en Bretagne. Dans le Haut-Léon, la rivière Horn bat de tristes records : elle concentre un taux en nitrates qui est 20 % supérieur à la norme d’eau potable (50 mg/L). Elle présente également un cocktail de 35 pesticides différents (CORPEP, 2015).

Elle est située dans un territoire qui concentre en majorité des exploitations légumières, à la pression phytosanitaire plus forte que d'autres types de cultures. La présence excessive de nitrates dans l’eau contribue à l’eutrophisation des eaux superficielles. Avec pour conséquence, la prolifération d’algues vertes dans les eaux littorales. Les anses de Guisseny et de l'Horn-Guillec font d'ailleurs parti des 8 baies bretonnes concernées par le plan de lutte contre les algues vertes.

Depuis une quinzaine d'années, des efforts ont été conduits pour améliorer la qualité de nos rivières. Une directive européenne s’applique dans ce domaine : la directive cadre sur l’eau (DCE) de 2000, qui fixe des objectifs de préservation
et de restauration de l’état des eaux superficielles et souterraines. Cette loi européenne est transposée dans le droit français à travers un document de planification sur le bassin Loire-Bretagne : le Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE). Les SAGE (schémas d'aménagement et de gestion des eaux) en sont l’application locale. Le territoire breton est entièrement couvert par 21 schémas de planification locaux de l'eau.


Des rivières côtières polluées dans le Léon

 

Fontaines de Bretagne

La Bretagne est jalonnée de milliers de fontaines qui offrent une profusion de croyances et de rites, thérapeutiques ou magiques. On peut d'abord distinguer la fontaine guérisseuse, dédiée à un saint généraliste et avec la réputation de guérir toutes les maladies des hommes comme des animaux. Il y a ensuite la fontaine dite oraculaire, qui permet à l'homme de communiquer avec la sphère divine. Que ce soit pour connaître le sort, régler les problèmes de fécondité et de fertilité, ou pour influencer le climat, question centrale dans une société paysanne.

Au coeur du Trégor Vert, Plouaret présente un grand nombre de fontaines. Une centaine ont existé dans cette commune, selon le décompte de Marie-Thérèse Mahé, ancienne enseignante passionnée de patrimoine rural. Une dizaine sont busées, une trentaine enfouies dans les talus. On compte une trentaine de fontaines domestiques visibles, et une vingtaine de fontaines dotés de propriétés magiques. C'est le cas de la monumentale fontaine Saint-Maudez,  rectangulaire, avec accès par deux échaliers, considérée comme guerisseuse. Elle est réputée soigner les petites plaies du pied.


Fontaines de Bretagne


Châteaux d'eau bretons

En moyenne, chaque Français consomme 150 litres d'eau par jour, l'équivalent d'une baignoire pleine. L'eau disponible au robinet transite par un chateau d'eau, qui stocke en hauteur des centaines de m3 d'eau. Par exemple, le chateau d'eau de Sibiril, dans le nord du Finistère, détient dans son réservoir situé à 30 mètres de haut, 650 m3 d'eau, soit l'équivalent de la consomation de 3200 habitants par jour.

Le château d'eau de Sibiril (Finistère) recouvert d'une fresque



Ce sont donc plusieurs centaines de ces ouvrages qui dominent l'horizon en Bretagne. Une vue imprenable qu'offre la créperie de Ploudalmézeau. Elle est située au sommet d'un chateau d'eau à 50 mètres de hauteur, avec un panorma à couper le souffle de la pointe du Finistère. Manger en haut d’un château d’eau, une expérience aujourd’hui unique en France. L'aventure a commencé il y a 34 ans.


Châteaux d'eau bretons


Le Lac au Duc à Ploërmel : une base de loisirs qui a le vent en poupe

Le Lac au Duc à Ploërmel

Deuxième plus important lac de Bretagne après le lac de Guerlédan, le Lac au Duc à Ploërmel propose des activités nautiques pour tous les niveaux