Littoral - Le magazine des gens de mer

Le dimanche à 12 h 55, rediffusé le jeudi à 8 h 50
Logo de l'émission Littoral - Le magazine des gens de mer

Voir et revoir, des vies, des îles

Cette semaine, petit clin d'oeil au Festival des Insulaires, la grande réunion des îles du Ponant qui se tient ce week-end à Bréhat (les 29, 30 septembre et 1er octobre 2017). Pour cela, nous vous proposons deux histoires, deux îles.

Par Sophie Bourhis

Il existe sur l’ile de Groix le petit frère du cinéma Paradiso, un cinéma qui aurait pu nous raconter les nombreuses  vies de Arnaud Wildenberg , ancien photographe de Presse.

A 01'30. Clap de fin pour le cinéma Paradiso de Groix ? 
L’île de Groix possède l’un des plus étonnants cinémas de Bretagne. Construit en 1929, sa devanture défraîchie rappelle furieusement celle du Cinéma Paradiso de Philippe Noiret.  Ce bâtiment est un des monuments de l’île. Mais pour combien de temps encore ? Sa propriétaire, Anne Marie Perron veut le vendre après 30 ans d’exploitation. Elle tenait ce cinéma de son père qui l’avait acheté en 1954. Autant dire qu’à 72 ans Anne Marie n’a pas envie que ce patrimoine familial et local tombe entre les mains d’un promoteur qui le raserait pour construire une agence bancaire. Ce projet de  vente fait couler beaucoup d’encre sur l’île, notamment parmi les 180 adhérents du ciné-club, locataires de la salle. Eux aussi, craignent une opération immobilière. D’autant qu’ils considèrent qu’un cinéma commercial sur une île de 2700 habitants n’est pas viable ! Alors, le cinéma Paradiso de Groix va-t-il connaître bientôt le clap de fin ?
Réalisation  Jackie Maugère

A 15'18. Mille et une vies d’Arnaud. 
La veille des examens de sa maîtrise de droit, Arnaud de Wildenberg prend la tangente.
Au lieu de reprendre le flambeau familial, il préfère suivre les traces de son modèle, le
photo-reporter Eugène Smith, et part couvrir l’Afghanistan, la guerre Iran-Irak… Son appareil en bandoulière, il participe aux grandes heures des agences de presse, Gamma et Sigma. Dix ans plus tard, fatigué des désastres du monde, il décide de changer de vie, pour se consacrer aux grandes aventures humaines. Il devient photographe publicitaire. Après dix ans encore de cette vie aux quatre coins de la planète, Arnaud aspire à la vie de famille. Il embarque sa femme et leurs trois jeunes fils pour Belle-Île-en-mer. Il se forme à la navigation et devient guide de pêche spécialiste des gros bars dans les lames qui balayent l'île. A travers le portait d’Arnaud à Belle-Ile, le film explore cette question qui nous interroge tous, la quête du bonheur et de la liberté.
Réalisation Erwan Le Guillermic (Extraits)
Littoral Des vies, des îles

 

Vente de sable breton sur internet : le Finistère s'inquiète