Littoral - Le magazine des gens de mer

Le dimanche à 12h55, rediffusé le mercredi à 10h15 
Logo de l'émission Littoral - Le magazine des gens de mer

Voir et revoir Vive les colonies de vacances

Plongeons dans l' histoire des colonies de vacances, de l'apprentissage de la vie collective et du faire ensemble. Partir en colo, c'est partir à l'aventure, vivre une expérience incroyable, s'épanouir, mais aussi se séparer un temps des parents pour aller vers l'autonomie

Par Sophie Bourhis


Nées en Suisse en 1876, les colonies de vacances ont vécu une longue et belle histoire, qui pourrait se résumer par des chapitres de grandes joies et de petits chagrins. En France, le Front Populaire de 1936 les aidera à trouver un bel envol. Des caravanes scolaires d’hier, aux centres de vacances d’aujourd’hui, ce film nous emmène en voyage au pays des bains de mer et des cures d’air.

Bon vent les enfants ! Vive les colonies de vacances
Un film de Laurie-Anne Courson. Coproduction Aligal Production.

50 ans après avoir quitté sa colo, un homme retrouve les paysages bretons qui l'ont aidé à grandir et à devenir comédien. En allant à la rencontre d'une poignée de copains qu'il avait perdus de vue jusqu'alors, Bernard Alane nous plonge dans la grande histoire des colonies de vacances, depuis leur apparition hélvétique jusqu'aux multiples séjours pour enfants proposés de nos jours. Au XIXème siècle, les colonies sont pensées à l’origine dans une perspective d'hygiène préventive : il est profitable de sortir les enfants de leur milieu pour exercer une action plus profonde sur leur caractère et leur spiritualité.
En Bretagne, au XXème siècle, avec la laïcisation de l’enseignement primaire, les catholiques découvrent les vertus des œuvres de jeunesse. Les colonies de vacances prolongent l’action menée durant l’année scolaire dans les patronages paroissiaux avec une triple vocation sanitaire, morale et religieuse. Puis vint Léon Blum et le Front Populaire de 1936. Les congés payés, l’accès de tous au tourisme et au loisir. Le train propose des billets populaires à tarif réduit, les entreprises fondent des colonies de vacances, et les bains de mer se développent. Léo Lagrange, sous-secrétaire d’Etat au sport et au loisir affirme : « Notre but est de construire une organisation des loisirs telle que les travailleurs puissent trouver une détente et une récompense à leur dur labeur ». Durant l’été 1936, ils furent 600 000 à partir en vacances. L’année suivante, le triple… Le droit aux loisirs pour tous est devenu inaliénable. Après la guerre, les comités d’entreprise multiplient les implantations de colonies. Renault installe une colo à Brignogan, la SNCF achète des villas à Saint-Jean-du-Doigt, Air France sur la presqu'île de Crozon. En 1964, 1,5 millions d’enfants partent en colo, contre 800 000 en 1955.  Aujourd’hui, 4 Français sur 10 ne partent pas en vacances, mais une institution demeure : celle d’envoyer ses enfants en colonie de vacances. Dans une société souvent qualifiée d’individualiste, la colo reste le premier symbole d’un espace de liberté, de mixité et de fraternité.
Bon vent les enfants, vive les colonies de vacances

 

Affaire Defaix : le "Madoff breton" condamné à cinq ans de prison