Littoral - Le magazine des gens de mer

Le dimanche à 12h55, rediffusé le mercredi à 10h15 
Logo de l'émission Littoral - Le magazine des gens de mer

Des hommes de défis, Kenneth Holden, le dernier de l'opération Biting

© bruneval42.com
© bruneval42.com

Il a 95 ans et une allure dont seuls les Britanniques ont le secret. Le dernier vétéran de l’opération Biting à Bruneval (76), est un roc. Parmi ses médailles, le débarquement de Sicile, Salerne . Après guerre il est devenu plongeur professionnel et a ainsi rencontré Madame...en Normandie. 

Par Pascal Vannier


Il a 95 ans, une barbe époustouflante et une mémoire qui ne lui fait guère défaut. Il a bien des douleurs rhumatismales et se sent un peu sourd, mais le dernier vétéran de l’opération Biting à Bruneval, en Seine-Maritime près de Fécamp, étonne chaque année tous ceux qui le côtoient.
Citoyen d’honneur de Saint-Jouin-Bruneval, Kenneth Holden a fait partie de ces 120 hommes qui ont lancé ce raid réussi afin de connaître les secrets d’un radar utilisé par les Allemands pour la surveillance côtière, un Würzburg.

A Saint-Jouin, le Mémorial en plein-air érigé dès la fin de la guerre et inauguré par le Général de Gaulle, a aujourd’hui une sacrée allure. Sur les hauteurs du port d’Antifer, il impose le respect et nous remet en mémoire ce que furent des opérations éclair menées sous la baguette de deux irréductibles, Lord Louis Moutbatten, le chef des Opérations Combinées et Winston Churchill, le premier ministre du Royaume-Uni.

Kenneth Holden était mitrailleur sur une vedette rapide, cette nuit du 27 au 28 février 1942. Et il nous le raconte dans la série Des hommes de défis.
Il a été fait prisonnier ensuite mais bien plus tard... par une Normande qui le fixera non loin du lieu de ses exploits. Et ce, à jamais, dans les parages de la côte d’Albâtre.
 
Kenneth était revenu en France pour trouver un job de plongeur professionnel
Petit bonus signé Danilo Commodi et Melior Mouamma.

Des hommes de défis, Kenneth Holden
Traduction de Kenneth Holden
Je voulais être plongeur et je m'étais adressé à une fameuse société anglaise. Le patron m'avait répondu que l'équipe était au complet.
Mais il connaissait quelqu'un en France, une société maritime de levage utilisant des plongeurs et que si cela m'intéressait qu'il pouvait me donner l'adresse et un numéro de téléphone.
J'ai appelé et j'ai dit que j'étais un plongeur à la recherche d'une place. Le type m'a demandé quel sorte de plongeur j'étais. Lui ai répondu un ancien de la Marine britannique. Cela a eut l'air de l'ennuyer et il m'a dit qu'il cherchait quelqu'un plus expérimenté.Mais il m'a proposé un mois à l'essai.
J'ai fait mon baluchon, j'ai dit au revoir à mes copains et j'ai pris le bateau pour Dieppe.
Arrivé là-bas, je cherche un taxi pour me rendre à La Bouille (Ndlr : dans les Boucles de la Seine) et je donne l'adresse au chauffeur. C'était l'adresse d'une personne susceptible de me louer une chambre. Le chauffeur de taxi me dit ok pour La Bouille mais j'ai déjà une cliente installée à l'arrière de la voiture. Est-ce que cela vous dérange ?  
Alors j'ai regardé la jeune femme et j'ai répondu que cela ne me dérangeait pas du tout.Il m'a conduit à La Bouille et pendant le trajet la jeune fille m'a expliqué qu'elle étudiait l'anglais. Nous avons échangé et contre de l'anglais elle m'apprenait le français. J'ai pris mon travail sur la Seine et nous avons fini par nous marier.... 






    

A lire aussi

Réaction à Carhaix (Finistère) suite à la nomination comme ministre de Richard Ferrand