Brest : les écoles privées, alternatives onéreuses au gâchis d'APB

© France 3 Bretagne
© France 3 Bretagne

Plus de 60 000 bacheliers sont toujours sans affectation pour la rentrée prochaine, selon les chiffres du ministère de l'enseignement supérieur après la troisième et dernière phase d'Admission post-bac (APB). Certains bacheliers se tournent donc vers des écoles privées, tel l'Open Campus à Brest. 

Par Krystell Veillard

Jules Carnot passe des examens pour entrer à Sub de Com, école de communication privée, dont l'accès est indépendant du système d'Admission post-bac. Il veut faire des études de communication, s'il a fait des demandes pour des BTS dans toute la France, des études qui lui auraient mieux convenues confie t-il, comme beaucoup il n'a pas eu de chance avec le système APB. Cassandre Hurtaud, elle était en prépa scentifique l'an dernier et voulait se réorienter. A la suite de refus dans plusieurs IUT, elle est finalement admise à Sub de Com, après un examen au mois de juin. Un soulagement pour la jeune fille.

200 jeunes inscrits au Brest Open Campus


Brest Open Campus, ouvert en 2016, regroupe trois grandes écoles privées, l'Epsi, l'école d'ingénierie informatique, l'Ifag, école d'entreprenariat et Sup de Com, école supérieure de communication. Pas besoin de passer par le système APB pour y entrer. Le recrutement se fait sur des examens propres à chaque école. 
Avec le nombre de bacheliers restés sur le careau cette année, le téléphone n'arrête pas de sonner au Brest Open Campus. Des sessions de recrutement exceptionnelles sont donc organisées cet été. Sur les plus de 300 candidats admis, finalement 200 jeunes sont inscrits pour cette deuxième année d'ouverture du nouveau campus brestois

Des études onéreuses


Il reste encore des places au Brest Open Campus, mais il faut savoir que les années d'études y sont chères. Une première année à Sub de Com par exemple coûte près de 6 000 euros. Jules Carnot s'il est admis devra contracter un emprunt pour financer ses études. Pour de nombreux syndicats, le cafouillage des admissions post bac ne fait qu'accroître les inégalités. Et l'inquiétude grandit, d'autant que le budget de l'enseignement supérieur et de la recherche devrait baisser de 331 millions d'euros cette année.

Le reportage à Brest (29) de Bleuenn Le Borgne et Florence Malésieux

Brest : écoles privées alternatives APB
Le reportage à Brest (29) de Bleuenn Le Borgne et Florence Malésieux - Interviews : Jules Carnot, bachelier - Cassandre Hurtaud, étudiante - François Pouletty, directeur général de Brest Open Campus - Olivier Cuzon, Sud Solidaires Education 29


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Immobilier : quel type de vente choisir ?

Près de chez vous

Les + Lus