Brest : la moitié du maïs traité à la phosphine “conforme à la réglementation” (Triskalia)

© France 3 Bretagne
© France 3 Bretagne

La moitié de la cargaison de maïs arrivé mi-décembre à Brest et traité à la phosphine, un produit antiparasitaire extrêmement toxique, a été analysée et s'est révélée "conforme à la réglementation", a annoncé mardi le groupe Triskalia dans un communiqué.

Par LH avec AFP

Quelques 700 échantillons ont été prélevés par une société accréditée fin janvier sur la moitié des 25.000 tonnes de ce maïs destinées à l'alimentation animale. 

Les grains ont été analysés par Eurofins, un laboratoire accrédité pour la détection d'éventuels résidus de phosphure d'hydrogène ou phosphine, "un gaz extrêmement inflammable", provoquant "des brûlures de la peau et des lésions oculaires graves, mortel par inhalation, très toxique pour les organismes aquatiques", selon la fiche technique de l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS).

"A ce jour, près de la moitié du stock a été analysée conforme à la réglementation", assure le communiqué du groupe Triskalia. 

"Le gaz a disparu", a-t-on commenté chez Cobrena Achats (groupe Triskalia), qui avait acheté ce maïs. "L'administration a pris connaissance des résultats d'analyses et de leur conformité", ajoute le communiqué.

13 000 tonnes de maïs à analyser

Ces grains jugés conformes vont pouvoir être transférés vers les usines de fabrication d'aliments pour le bétail où le maïs doit être transformé.

Quelques tonnes de la cargaison avaient déjà été acheminées vers des usines de transformation Nutrea (groupe Triskalia), à Plouisy et à Plouagat, près de Guingamp. Des analyses y ont été réalisées, et se sont révélées conformes. 

Il reste toutefois encore quelques 13 000 tonnes de maïs à analyser, actuellement stockées dans des silos verticaux, sur le port de Brest.

Ce maïs va être transféré dans les sites de stockage à plat et faire l'objet de nouveaux prélèvements et de nouvelles analyses par le même laboratoire Eurofins.

Battant pavillon des Bahamas, le "Ornak", un cargo long de 229 m, propriété d'un armement polonais, avait débarqué à Brest le 15 décembre les 25.000 tonnes de maïs qu'il avait embarquées au port de Constanta (Roumanie). Le navire a quitté Brest mardi soir.

La cargaison avait suscité l'inquiétude. Alertées, les autorités s'étaient engagées à faire procéder à des analyses dans les meilleurs délais. En 2008, deux membres d'équipage d'un cargo roumain, le "Susie", auraient été victimes d'une intoxication à la phosphine. L'un d'entre eux était décédé après avoir été secouru en mer au large de la Bretagne.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les supporters de Rennes ont tenté d'envahir la pelouse du Stade Rennais

Près de chez vous

Les + Lus