publicité

Prud'hommes : le préjudice d'anxiété après une exposition à l'amiante

Quatorze ouvriers des chantiers navals Navtis de Brest réclament une indemnisation pour exposition à l'amiante. S'ils ne sont pas malades, ils entendent bien faire valoir un préjudice d'anxiété. C'est le motif que pourrait reconnaître le conseil des Prud'hommes, qui a examiné l'affaire.

  • Par Krystell Veillard
  • Publié le
Le préjudice de l'anxiété dûe à l'amiante devant les Prud'hommes de Brest © France 3 Bretagne

© France 3 Bretagne Le préjudice de l'anxiété dûe à l'amiante devant les Prud'hommes de Brest

Ils ne sont pas malades de l'amiante, du moins pas encore, mais ont vu certains de leurs collègues mourir. Le préjudice d'anxiété est reconnu par la justice depuis 2010 et avant eux, d'autres ouvriers de la réparation navale et de leur employeur Navtis, ont été indemnisés après décision des prud'hommes. "On a toujours l'épée de damoclès au dessus de la tête" confient-ils.

A l'audience, l'avocat de l'employeur a réfuté la responsabilité de son client, en demandant des preuves tangibles d'exposition pour chacun des quatorze ouvriers. Pour lui le fait que Navtis soit sur la liste officielle des entreprises concernées par l'amiante n'est pas suffisant. Pour l'avocat des plaignants, si la Cour de cassation n'exige pas cette preuve, il affirme l'apporter systématiquement devant la juridiction concernée.

Le jugement a été mis en délibéré au 25 avril.
Actuellement environ 300 affaires de ce type sont en cours, aux prud'hommes pour le privé, au tribunal administratif pour l'ex DCN.

Le reportage à Brest (29) de Muriel Le Morvan et Julien Le Bot

Prud'hommes : le préjudice de l'amiante

Le reportage à Brest (29) de Muriel Le Morvan, Julien Le Bot - Interviews : Pascal Goarant, ancien ouvrier de Navtis - Benoit De Cadenet, avocat de Navtis - Frédéric Quinquis, avocat des plaignants

Interviews :
- Pascal Goarant, ancien ouvrier de Navtis
- Benoit De Cadenet, avocat de Navtis
- Frédéric Quinquis, avocat des plaignants

  • Affaire Bagelstein : Amaël reste en prison

    Au printemps dernier, Amaël, 19 ans, participait à une manifestation contre la communication du restaurant Bagelstein, jugée sexiste et homophobe. Suite à une altercation avec le gérant, il a été condamné à 3 mois de prison. Sa demande de remise en liberté vient dêtre rejetée.

    Mis à jour le 03/08/2016
  • Rumengol (29) : le tribunal administratif porte un coup d'arrêt au stockage des gravats

    Coup d'arrêt pour le stockage de déchets inertes à Rumengol, au cœur du Finistère. Le tribunal adminstratif de Rennes, vient en effet d'annuler l'arrêté préfectoral, qui autorisait cette activité sur le site. Une victoire pour l'association de riverains qui se bat depuis 3 ans contre ce projet.

    Publié le 12/07/2016
  • Accident de Spindrift 2 : six mois de sursis et 25 000€ d'amende pour Yann Guichard

    Six mois de prison avec sursis et 25 000€ d'amende pour Yann Guichard, dont le procès s'est déroulé en juin à Lorient. Le skipper avait percuté un canot de l'organisation au départ de la Volvo Ocean Race en juin 2015, à Lorient. Une femme avait perdu une jambe dans l'accident.

    Mis à jour le 12/07/2016

L'actu de votre région en vidéo

Hubert Journel, médecin lanceur d'alerte sur la Dépakine

Hubert Journel, généticien au Centre Hospitalier Bretagne Atlantique à Vannes, fait partie des médecins qui dès les années 80 ont alerté sur la Dépakine. Avec des collègues du centre "anomalies du développement", il suit 128 femmes ayant pris ce médicament pendant leur grossesses. Le constat est alarmant. Hubert Journel, généticien au Centre Hospitalier Bretagne Atlantique à Vannes Reportage du 11 août 2016

Reportage : M. Thiébaut - N. Dalaudier

les + lus