publicité

Eleveurs : des brassards noirs sur la route

Des membres de l’association des producteurs de lait indépendant ont barré d’un  brassard noir le panneau d’entrée de Pouldergat, dans le Finistère. 

  • Par Stéphane Grammont
  • Publié le , mis à jour le
Des brassards noirs pour les communes touchées par la crise de l'élevage © F3

© F3 Des brassards noirs pour les communes touchées par la crise de l'élevage

Si les éleveurs ont fait une pause dans leur manifestation en mettant fin au blocage de la RN 12, certains ont continué les actions de sensibilisation à leur crise.

Comme un brassard noir porté un jour de deuil,  des membres de l'association des producteurs de lait indépendants, éleveurs à Pouldergat dans le Finistère, ont barré d'un scotch noir le panneau d'entrée de leur commune pour dire le danger de la crise agricole sur leur profession.

« Pour l’instant ça tient, difficilement, mais ça tient » témoigne Jean-Claude Griffon, producteur de lait , « mais si on nous annonce du lait à 250, 270 (euros la tonne, NDLR), ca sera compliqué pour tout le monde».

La commune comptait environ 110 exploitations il y a  40 ans : elles sont aujourd'hui moins d'une vingtaine,  et la baisse annoncée des cours du lait risque d'aggraver le phénomène.


 

L'actu de votre région en vidéo

Hubert Journel, médecin lanceur d'alerte sur la Dépakine

Hubert Journel, généticien au Centre Hospitalier Bretagne Atlantique à Vannes, fait partie des médecins qui dès les années 80 ont alerté sur la Dépakine. Avec des collègues du centre "anomalies du développement", il suit 128 femmes ayant pris ce médicament pendant leur grossesses. Le constat est alarmant. Hubert Journel, généticien au Centre Hospitalier Bretagne Atlantique à Vannes Reportage du 11 août 2016

Reportage : M. Thiébaut - N. Dalaudier

les + lus