Il veut un élevage de 30.000 porcs à Plovan : des associations disent stop

Des opposants au projet d'extension d'une porcherie à Plovan - avril 2017 / © France 3 Bourgogne
Des opposants au projet d'extension d'une porcherie à Plovan - avril 2017 / © France 3 Bourgogne

Le projet d'extension d'une porcherie à Plovan, dans le Finistère, continue de faire polémique. Un éleveur souhaite étendre sa production à 30.000 porcs malgré une première enquête publique qui avait émis un avis défavorable. Il a redéposé un dossier au grand dam d'associations environnementales.

Par Z.S. avec M. Le Morvan


Quelques semaines après qu'un élevage porcin de Pouldreuzic a été dénoncé par une vidéo de l'association de défense des animaux L214, un autre élevage bigouden fait parler de lui, pour un projet d'extension cette fois. L'éleveur, mécontent du résultat d'une première enquête publique, a redéposé son dossier. Des associations environnementales disent stop.

Un élevage de 30.000 porcs, c'est trop dénoncent des associations


Dans les mairies de Plogastel-Saint-Germain et Plovan, le volumineux dossier d'enquête publique invite les citoyens à donner une nouvelle fois leur avis sur l'extension d'une porcherie industrielle située sur 2 sites bigoudens. L'exploitation engraisserait 7.500 porcs de plus par an pour dépasser les 30.000 porcs. Le projet retoqué l'an dernier est à nouveau soumis à enquête : une première. Pour les opposants, c'est clairement une tentative de passage en force.


Il veut un élevage de 30.000 porcs à Plovan : des associations disent stop
Un reportage de Muriel Le Morvan et Valérian Morzadec avec Jean-Michel Nicolas, agronome, André Kerdranvat, de l'association Eau et Rivières de Bretagne et Françoise Marzin, riveraine. - France 3 Bourgogne

Avis défavorable après la première enquête publique


L'an dernier, la commissaire-enquêteur avait pointé des taux de nitrate déjà supérieurs aux objectifs des pouvoirs publics dans le ruisseau voisin, qui se jette dans la baie d'Audierne. L'éleveur porteur du projet que nous avons contacté mais qui refuse d'être interviewé dénonce le parti-pris de cette commissaire. Les opposants eux, veulent une agriculture alternative.
L'enquête publique sera close jeudi prochain.

A lire aussi

Sur le même sujet

Lorient : Nouveau procédé de surgélation Qwehli

Près de chez vous

Les + Lus