Élections 2017
avec

M'alerter dès que les résultats seront publiés

Le ver marin aux super pouvoirs, élevé par millions par une société bretonne

Tortillons d'arénicoles sur le sable / © ONCF
Tortillons d'arénicoles sur le sable / © ONCF

Les vers marins, recherchés par les pêcheurs à la ligne, présentent des pouvoirs insoupçonnés. Testés comme substitut de sang humain, ils constituent un potentiel médical exploité par la société bretonne Aquastream qui en élève par millions.

Par S.Salliou (avec AFP)

On l'appelle "buzuk", "bouzou", "buzin"... ce ver marin est repérable au petit trou qu'il creuse dans le sable et au tortillon d'excrément qu'il laisse derrière lui à marée basse. Jusqu'à il y a quelques années, il n'était qu'un appât de choix pour les pêcheurs. Aujourd'hui, une société bretonne en élève par millions, car il présente des vertus médicales.  "Le vers marin, que l'on trouve sur les côtes bretonnes, a la particularité d'avoir une hémoglobine capable de transporter 40 fois plus d'oxygène des poumons vers
les tissus de l'organisme que l'hémoglobine humaine
", révèle Grégory Raymond, directeur-adjoint d'Aquastream, écloserie marine spécialisée dans la commercialisation d'oeufs et larves de poisson.

Compatible avec tous les groupes sanguins



L'hémoglobine de ce lombric, appelé arénicole ou annélide, "présente aussi l'avantage d'être compatible avec tous les groupes sanguins", poursuit le biologiste. Cette découverte est le fruit de plusieurs années de recherches du Dr Franck Zal et de son équipe au CNRS qui ont apporté la preuve qu'un vertébré peut vivre avec le sang d'un invertébré marin. Cette hémoglobine marine permet de conserver plus longtemps les organes à transplanter. Le professeur Zal a breveté sa biotechnologie et fondé l'entreprise Hemarina en 2007 à Morlaix (Finistère).

Comment un ver marin m’a révélé le secret du sang universel Franck Zal


"La start-up était à la recherche d'approvisionnement en vers marins et de préférence en Bretagne", explique Nathalie Le Rouilly, directrice d'Aquastream, basée à Ploemeur
dans le Morbihan. Spécialisée dans la reproduction oeufs de bar et daurade depuis 16 ans, Aquastream cherche à se diversifier et répond alors à l'appel d'offre. Elle s'associe à Hemarina en 2015 pour créer le premier élevage de vers marins.

Un élevage sur 4500 m2



"Il n'existe en France et dans le monde aucune structure en capacité de produire à grande échelle des arénicoles en milieu contrôlé, afin d'assurer l'approvisionnement en hémoglobine", assure la directrice. L'entreprise dédie une partie de ses 4.500 m2 de structure aquacole en bord de mer à l'élevage de ce petit animal de 10 à 25 cm de long. L'arénicole dispose de plusieurs branchies buissonnantes au milieu du corps lui permettant de vivre à la surface pendant plus de 8 heures.

Le ver marin peut mesure quelques centimètres / © AFP
Le ver marin peut mesure quelques centimètres / © AFP

Un site en Vendée



Le premier défi pour l'équipe d'Aquastream a été de faire survivre les vers adultes en captivité, puis de maîtriser la reproduction en identifiant les deux sexes. A l'oeil nu, il est impossible de faire la différence entre ces lombrics à la durée de vie estimée à cinq ans. Après neuf mois d'essais, "50% des vers adultes ont survécu et une bonne partie
ont produit des oeufs", précise Mme Hérault. Ces oeufs sont déposés dans des bacs rectangulaires plongés dans de l'eau de mer et du sable. Au bout de 30 jours, la larve mesure 1 mm. Sa couleur varie du rose orangé au rouge très sombre au fur et à mesure de sa croissance. Les arénicoles sont considérées comme des vers marins juvéniles lorsqu'ils atteignent au moins 5mm. Elles sont alors transportées sur le site de grossissement d'Hemarina à Noirmoutier (Vendée) qui les utilise en test à des fins thérapeutiques.

Des études réalisées sur des greffons



En 2016, Aquastream a livré plus de 1,3 million de vers marins juvéniles et réalisé un chiffre d'affaires de 3 millions d'euros. Pour le biologiste Grégory Raymond, "les propriétés des hémoglobines extracellulairesextraites des annélides marins permettent d'envisager le développement de nombreuses applications comme la préservation de greffon, la régénération osseuse ou un sang universel".

Une étude clinique a été réalisée sur dix greffons rénaux au CHU de Brest en juillet 2016. L'essai se poursuit sur soixante patients à Brest, Paris, Tours, Poitiers, Lyon et Limoges. 

Sur le même sujet

Solitaire du Figaro : le Morbihannais Nicolas Lunven remporte l'étape Concarneau - Concarneau

Près de chez vous

Les + Lus