publicité

Kimba, le premier yaourt au lait de girafe, est produit en Bretagne !

Du fromage d’éléphante, du lait de lama ou de la faisselle de chamelle ? Insolite peut-être, mais toutes les idées sont envisagées au Zoo de la Bourbansais, à Pleugueneuc (35). Première expérimentation: un yaourt au lait de girafe. Et de la girafe au poisson... d'avril ! il n'y a qu'un pas...

  • Thierry Bréhier
  • Publié le , mis à jour le
La traite des girafes concentre toute l'attention des soigneurs du zoo de la Bourbansais depuis la naissance d'un girafon au zoo de la Bourbansais. Arnaud Dazord, responsable zoologique de la Bourbansais, a constaté à l'époque l’importante lactation de la mère, une lactation nettement supérieure aux besoins du nourrisson.

Aidé du vétérinaire attitré, il a développé une méthode, pour l’instant tenue secrète, pour traire les trois girafes femelles du zoo.

Pas simple, car il faut d’une part tromper la vigilance de l’animal en lui faisant croire à la tétée d’un girafon, et aussi parce que du haut de ses trois mètres, une girafe n’offre pas une position très confortable pour celui qui doit lui prendre son lait. "On craignait qu'elle soit plutôt réticente, mais Kimba s'est révélée plutôt docile" explique Arnaud Dazord, "et des trois girafes, c'est celle qui produit le plus de lait".

La girafe donne un lait jugé moins gras mais plus riche en calcium, magnésium et omega 3 que le lait de vache. Au laboratoire du zoo, il est transformé en yaourts avec l’ajout de ferments lactiques classiques. Les origines africaines de l’animal confèrent à la préparation des parfums tout exotiques.

© @zoo de la Bourbansais

© @zoo de la Bourbansais


Les visiteurs du zoo ont été les premiers goûteurs du nouveau yaourt, avec des réactions très positives, chacun y trouvant les goûts, arrière-goûts ou textures les plus divers. N’espérez pas pour autant trouver dès demain ces yaourts au rayon frais de votre supermarché, puisqu’il ne s’agit pour l’instant que d’une expérience.

Il faudra d'abord passer par la validation des services vétérinaires, et trouver ensuite le chemin de la rentabilité.

Mais avec la fin des quotas laitiers, Olivier de Lorgeril, directeur du parc zoologique, est optimiste : "un zoo est toujours dans un équilibre précaire, nous ne sommes pas à l'abri d'une très mauvaise saison touristique" explique-t-il. La Bourbansais comptant plusieurs dizaines de mammifères pouvant être mis à contribution, "alors avec la fin des quotas laitiers, on s'est dit qu'on pouvait tenter notre chance sur ces marchés-là".

Ce yaourt de girafe n’est donc peut-être que le premier d’une longue série exotique à venir, produite en Bretagne !
  • La poule : la nouvelle amie de l’homme (moderne)

    Les poules ont la cot (cot, cot), notamment en ville, où elles sont de plus en plus « tendance ». C’est que ces « composteurs sur pattes » présentent des avantages… et une "poule aux œufs d'or" aussi pour certaines jardineries. Explications avec Olivier Dauvers.

    Mis à jour le 29/03/2016
  • A Rennes, Sophie veut ouvrir un bar à chat

    Vous adorez les chats ? Vous n’en avez pas chez vous ? Offrez vous une ron-ron thérapie en dégustant un thé, voilà le concept de « chat Puccino ».

    Mis à jour le 22/03/2016
  • Connaissez-vous les mammifères de notre région ?

    Après plus de cinq ans de travail, "l'Atlas des Mammifères de Bretagne" vient de sortir aux éditions (bretonnes) Locus Solus. 61 espèces y sont décrites , parmi lesquelles une vingtaine  de chauves-souris que connaît très bien Thomas Le Campion, du Groupe Mammalogique Breton.
    Publié le 10/03/2016
les + lus
les + partagés