Affaire Defaix : le “Madoff breton” condamné à cinq ans de prison

© MaxPPP
© MaxPPP

Jean-Jacques Defaix, le "Madoff breton", a été condamné ce lundi 15 mai par la Juridiction inter-régionale spécialisée de Rennes à cinq ans de prison pour avoir escroqué 1 500 épargnants pour plus de 34 millions d'euros. Incarcéré en 2011 et 2012, il retourne en prison.

Par Thierry Peigné

Jean-Jacques Defaix, 69 ans, a été reconnu coupable par la Juridiction inter-régionale spécialisée (JIRS) de Rennes, des trois chefs d'accusation pour lesquels il comparaissait : "escroquerie en bande organisée, blanchiment et participation à une association de malfaiteurs".  Il est condamné à 5 ans de prison avec mandat de dépôt. Dans le cadre de cette affaire, Jean-Jacques Defaix avait déjà fait de la détention provisoire durant quinze mois, en 2011 et 2012.

Il était poursuivi, ainsi que 15 autres prévenus dont son ancienne avocate, pour avoir notamment mis en place un système pyramidal frauduleux permettant de rémunérer des investisseurs avec les apports de nouveaux arrivants, le tout avec la promesse de rendements allant jusqu'à plus de 6%.

Une "cavalerie financière"

Le 24 mars, le procureur Arnaud Marie avait requis contre lui une peine de sept ans d'emprisonnement, avec incarcération immédiate. Lors de son réquisitoire, le magistrat avait dénoncé "une cavalerie financière" au détriment de "petits épargnants, petits souscripteurs", séduits par des placements que des brochures présentaient comme "éthiques", et permettant de "sauver l'emploi" dans leur région.

Le modèle économique mis en place par Jean-Jacques Defaix consistait en des coopératives destinées à recevoir l'argent des souscripteurs pour l'investir dans des PME ayant du mal à trouver des financements bancaires. Or l'instruction avait mis en lumière des flux financiers depuis les comptes des coopératives en direction de la Chine, pour près de 6 millions d'euros, où Jean-Jacques Defaix avait un projet de complexe touristique. Au cours du procès, Jean-Jacques Defaix avait nié "la moindre escroquerie".

Condamnés à rembourser les parties civiles

8 autres prévenus ont aussi été condamnés (pour escroquerie ou complicité d'escroquerie en bande organisée et/ou participation à une association de malfaiteurs et/ou blanchiment) à des peines de deux ans de prison assorties de sursis allant de six à 15 mois. Pour la majorité, une interdiction de cinq ans d'exercer le métier qu'ils pratiquaient au moment des faits a également été prononcée.

Jean-Jacques Defaix et ces 8 autres accusés sont aussi condamnés au civil à rembourser les investissements des quelque 700 parties civiles, soit plusieurs millions d'euros, sans compter les indemnités au titre du préjudice moral (de 1 500 à 3 000 euros).

Les autres prévenus ont été relaxés. L'association créée par Jean-Jacques Defaix, l'Aacab (Association d'aide contre les abus bancaires), condamnée pour blanchiment, doit être dissoute.

Jean-Jacques Defaix et les autres condamnés disposent de 10 jours pour faire appel de la décision.

Le reportage de Baptiste Galmiche et Christophe Rousseau :
Affaire Defaix : le "Madoff breton" condamné à cinq ans de prison
Jean-Jacques Defaix a été condamné à 5 ans de prison ferme pour avoir escroqué, entre 2007 et 2010, près de 1 500 épargnants, pour plus de 35 millions d'euros. Quatre personnes ont été relaxées. Intervenante : Me Hélène Feron-Poloni, Avocate de 182 parties civiles

Sur le même sujet

L'attente dans les auto écoles d'Ille et Vilaine pour passer le permis

Près de chez vous

Les + Lus