La Bretagne est une terre où se mêlent croyances populaires et religion. Depuis la nuit des temps, les habitants de cette région, perpétuent des rites, transmettent des légendes et des superstitions. Des milliers de lieux incarnent ces fortes croyances populaires. En voici quelques-uns.

"Saint-Léonard, si tu as du pouvoir, fais-le nous voir"

Encore aujourd’hui, des jeunes femmes viennent se frotter le ventre contre des menhirs "doués d’un pouvoir de fécondité" ou invoquer des saints qui ne doivent leur sainteté qu’à la population et non à Rome. Nous sommes partis à la découverte du tombeau de St Léonard. Il fait partie de ces lieux toujours très fréquentés, mais qui ne répondent pas du tout aux critères du tourisme habituel.

Nous garons notre voiture sur un parking qui jouxte l’ancienne route du Mont-Saint-Michel à Andouillé-Neuville (35). Au bout d’une allée de pins recouvertes d’ex-voto, de fleurs et d’objets en tout genre, le tombeau de ce bandit de grand chemin, devenu saint à la fin de sa vie, nous étonne. Les objets déposés nous interpellent: des pots remplis de crayons, des tétines, des bijoux, des vierges de Lourdes, des chaussures de bébés, des mots, des photos, des centaines de fleurs... Preuve que cet endroit est très fréquenté.

Quelques personnes arrivent, nous parlent, peu souhaitent être filmées. D'autres reculent devant les caméras. Difficile d'assumer le culte que l'on voue à St Léonard, ce bandit de grand chemin devenu saint à la fin de sa vie. Christine a accepté de nous parler. Elle est venue remercier Saint-Léonard, elle dépose une plante sur sa tombe. Un autre jour, sa fille s'est recueillie ici, elle voulait un bébé et 15 jours plus tard... sa fille était enceinte. Depuis, elle vient régulièrement remercier ou implorer Saint-Léonard.

Nous avons rencontré Josette et Manuela, elles viennent chaque semaine pour nettoyer la tombe de Saint Léonard.
 

Le tombeau de Saint-Léonard attire beaucoup de fidèles _ Juin 2017


10 000 fontaines plus ou moins miraculeuses en Bretagne


Après les tombeaux, nous sommes partis à la recherche de fontaines. Il existe en Bretagne, une fontaine pour chaque problème : pour réussir ses examens, pour avoir un bébé, trouver un amoureux, guérir les maladies de peau, d'yeux, de reins, de tête, de ventre.... Ces croyances découlent directement des cultes païens.

À la fontaine Sainte Barbe, au Faouët dans le Morbihan, vous venez dans l'espoir de trouver rapidement chaussure à votre pied ou d'avoir un bébé. Là-bas, en moins de deux heures, une dizaine de personnes est descendue à la fontaine, des habitués du coin ou des amoureux du patrimoine. Beaucoup connaissent la légende qui entoure Sainte Barbe et perpétuent le rite de la pièce jetée dans la fente de la fontaine. Nous avons rendez vous avec Bernard Rio, écrivain, spécialiste du patrimoine breton. 

 

La fontaine Ste Barbe au Faouët aide-t-elle à trouver un amoureux ou une amoureuse? _ Juin 2017


L’eau a aussi un pouvoir sur les animaux. Depuis des décennies, les chevaux sont bénis à Goudelin dans les Côtes d'Armor, le jour du pardon de Notre Dame de l’Isle. La tradition veut qu’on baigne les chevaux, qu’on les fasse tourner trois fois autour de l’étang qui jouxte l’Eglise. Trois petits tours dans l’eau pour demander la bénédiction de Saint Eloi, saint protecteur des chevaux.

À l’époque, le cheval est un outil de travail important, la baignade est censée éloigner toute blessure ou maladie pendant les moissons. Les temps modernes sont passés par là, les paysans ont peu à peu délaissé les chevaux pour les tracteurs, mais la tradition perdure. 
 

Photo extrait d'un reportage datant de 1971 / © France 3
Photo extrait d'un reportage datant de 1971 / © France 3


Les arbres aussi sont sacrés


Les pardons, par centaines, permettent aussi de se mettre sous la protection d’un saint guérisseur. C'est le cas de la Troménie de Landeleau, dans le Finistère. La procession circulaire de 14 km, s'arrête devant le chêne de Saint-Thélo, enfin ce qu'il en reste. L’arbre est tombé en 2006. Il a été contaminé par un champignon. Et Saint-Thélo, le saint protecteur de la commune n’a pas pu le sauver.

Depuis, personne n’a voulu l’abattre. Car l'arbre, même mort, reste sacré. Il porte chance. La tradition veut que le jour de la Troménie, les pélerins prennent un morceau de l'écorce du chêne pour être protèger de tous les maux. Chaque famille de Landeleau en possède un morceau.


Malgré sa chute, les croyances qui l'entourent, perdurent / © France 3
Malgré sa chute, les croyances qui l'entourent, perdurent / © France 3
 
Autre croyance autour des arbres, ça se passe à Plougastel-Daoulas. Il y a un arbre très connu, celui-là n’est pas planté dans une forêt ou dans un verger, c’est l’arbre à pommes. Les habitants le mettent aux enchères le jour de la Toussaint, le produit de la vente sert à payer des messes pour le repos des défunts.

Une tradition encore une fois mi-païenne mi-chrétienne et qui remonte à la nuit des temps.

La tradition de l'arbre à pommes à Plougastel Daoulas capture Ina

La force des pierres


La symbolique de la pierre sacrée est utilisée depuis la nuit des temps. Et en Bretagne, les pierres, les menhirs, les dolmens... il n'en manque pas. Nous avons rencontré Dame Enora près du Tumulus de Néant sur Yvel, le jardin aux Moines. Elle est conteuse du côté de Brocéliande. Elle est très attentive aux forces transmises par les pierres.

Rencontre avec Dame Enora, conteuse Brocéliande _ Juin 2017
Elle nous parle de la force des pierres