Décrochage scolaire : ouverture d'un Microlycée à Rennes, une première en Bretagne

© Dominique GUTEKUNST/PHOTOPQR/L'ALSACE/MAXPPP
© Dominique GUTEKUNST/PHOTOPQR/L'ALSACE/MAXPPP

Le 25 septembre 2017 marque l'ouverture du premier Microlycée dans l'académie de Rennes. Rattaché au lycée Victor et Hélène Basch, il permettra à des jeunes de 17 à 25 ans ayant interrompu leur scolarité de préparer un baccalauréat ES ou L en deux ans, grâce à une prise en charge individualisée. 

Par Emilie Colin

Un dispositif de lutte contre le décrochage scolaire c'est l'ambition du microlycée dont la rentrée débutera le 25 septembre. Rattaché au lycée Victor et Hélène Basch à Rennes, il doit permettre à des jeunes entre 17 et 25 ans, ayant interrompu leur scolarité, de préparer un baccalauréat L ou ES en deux ans. C'est le premier Microlycée en Bretagne. En 2016, la France en comptait 42. Pour la rentrée 2017, ils seront une cinquantaine.

15 places disponibles, des enseignements diversifiés


L’objectif est de réinsérer chaque jeune du dispositif, scolairement et socialement, par la construction d’un parcours de formation et d’orientation personnalisé. La prise en charge est pluri-disciplinaire et individualisée, l’emploi du temps modulable, les pratiques pédagogiques diversifiées et aménagées, afin de faciliter les apprentissages et de soutenir l’investissement. En 2016, 1500 jeunes étaient considérés comme étant en décrochage scolaire. 

À partir de la rentrée de septembre, les élèves du Microlycée suivront dans un premier temps les enseignements de classe de 1ère L ou ES. L’équipe pédagogique, composée d’enseignants volontaires, proposera des enseignements adaptés au niveau scolaire des jeunes, qui bénéficieront d’un accompagnement personnalisé, au regard de leurs besoins et leurs compétences. Les cours auront lieu de 9 h à 17 h, y compris le mercredi. 

Il ne faut pas croire que les tous les élèves décrocheurs sont en échec scolaire (Emmanuelle Forgeoux, coordinatrice pédagogique du Microlycée)


Les raisons du décrochage scolaires, c'est souvent "un concours de circonstances, des accidents de la vie qui interviennent pendant l'adolescence, une période délicate" souligne Emmanuelle Forgeoux en ajoutant "ces accidents de parcours qui pourraient être surmontables à d'autres périodes ne sont pas du tout gérés à ce moment-là. Ceux qui ont décroché ont pu avoir une scolarité auparavant brillante."

Les enseignements et pratiques pédagogiques proposés à ces élèves se développent, au-delà du Microlycée, dans les classes habituelles. 
 



A lire aussi

Sur le même sujet

Age de l'apprentissage repoussé de 25 à 30 ans

Près de chez vous

Les + Lus