“Grâce à France 3 Bretagne, j'ai interviewé le capitaine du Rennes Volley 35”

Florent avec Xavier Kapfer, le capitaine du Rec Volley 35 / © Eric Pinault - France 3 Bretagne
Florent avec Xavier Kapfer, le capitaine du Rec Volley 35 / © Eric Pinault - France 3 Bretagne

Florent, étudiant en master de droit, supporte le Rennes Volley 35 depuis sa descente en Ligue B. En ce début de saison, il partage donc le plaisir du club de retrouver l’élite. Lui, qui essaie d’être là pour tous les matches à domicile, a interviewé pour nous le capitaine de l'équipe.

Par Eric Pinault

"Là, c’est salle Colette Besson. Un chaudron quand les tribunes sont pleines". C’est cette ambiance que Florent vient chercher. « Je n’ai jamais été déçu » confie l’étudiant supporter, qui y a même lié quelques amitiés. « Il va maintenant falloir apprendre à faire plus de bruit en ligue A, être encore meilleur supporter »


Florent a eu le plaisir d’en parler avec le capitaine. Xavier Kapfer a répondu avec beaucoup de gentillesse et d’attention aux questions de Florent.
Florent, étudiant en master de droit à Rennes en cours d'interview du capitaine du Rennes Volley 35, Xavier Kapfer / © Eric Pinault - France 3 Bretagne
Florent, étudiant en master de droit à Rennes en cours d'interview du capitaine du Rennes Volley 35, Xavier Kapfer / © Eric Pinault - France 3 Bretagne

De la bibliothèque universitaire à la salle Colette Besson


Mon mardi se résume habituellement à une journée entière passée à la bibliothèque universitaire. Cependant, le mardi 3 octobre va déroger à cette règle puisque France 3 Bretagne m’a confié l’interview du capitaine du Rennes Volley 35 : Xavier Kapfer.

C’est avec plaisir mais aussi un peu de stress que je me présente à la salle Colette Besson. Cette salle représente énormément pour le club et pour moi.

C’est un lieu où j’ai pu rencontrer des supporters passionnés lors des différents matchs.

J'y ai déjà  de nombreux souvenirs de matchs à couteaux tirés, gagnés au bout du suspens à l’image de celui de février dernier contre Orange et remporté au tie-break dans une salle surchauffée. Les matchs se passent dans cette ambiance si caractéristique au club de la capitale bretonne.

Le public s’enflamme rapidement et donne de la voix pour pousser son équipe au maximum. Les supporters sont toujours présents pour un clapping intense en fin de rencontre. Comme Xavier Kapfer l’a beaucoup répété, le public va devoir encore hausser d’un ton cette saison.

Intégrer les nouveaux joueurs de l'équipe

Colette Besson, mardi, 17h. J’assiste à l’entrainement et observe tous les nouveaux joueurs. « Ils viennent et ils intègrent l’esprit de Rennes qu’on a créé l’année dernière » me confie Xavier.

Je remarque que les taquineries entre joueurs sont déjà de rigueur à l’entrainement et on se doute que cela joue un grand rôle dans la mise en confiance des nouveaux arrivants. Le capitaine met en avant que la préparation réussie de l’équipe (malgré quelques blessures) a permis à tous ces nouveaux de mettre en lumière leurs capacités et de favoriser leur intégration.


D'abord joueur de hockey, Xavier a découvert le volley au camping


Je m’étais beaucoup demandé comment Xavier Kapfer était arrivé dans le monde du volley. Le nouveau capitaine du Rennes Volley 35 me raconte alors qu’il a découvert ce sport dans un camping en Grèce durant un été. Il était déjà très sportif et pratiquait notamment le hockey sur glace.

Suite à un surclassement de deux catégories, il a subi des blessures assez importantes. Il a donc décidé d’arrêter le hockey et de se lancer dans le volley. Ce sport lui a plu. Il faut bien avouer qu’avec du recul et au vu de la carrière du joueur, c’était une excellente idée.

Kapfer, le capitaine"dynamiseur"  


Xavier Kapfer est connu pour être un joueur très explosif sur le terrain. « Dynamiseur », c'est ainsi qu’il qualifie son rôle d’ailleurs, pour créer une synergie dans le groupe mais aussi pour emmener le public avec lui.

De plus, ce rôle s’accorde encore plus avec sa nouvelle fonction de capitaine. L’équipe a connu de nombreux changements dans cette fonction ces dernières saisons mais cela n’a pas l’air de l’effrayer. Il est très clair sur les relations qu’il entretient avec ses coéquipiers, modeste aussi.

Je n’ai de capitaine que la petite barrette en dessous de mon numéro 

Le choix de Rennes, comme club


Si on lui demande ce qu’il l’a poussé à venir rejoindre l’effectif rennais à l’issue de la saison 2015-2016, il avoue que la première raison était que la structure du club lui convenait. Il connaissait des membres du staff, Nikola Matijasevic étant son premier coach professionnel.

La seconde raison, était la forte identité régionale de l’équipe que l’on retrouvait aussi à Ajaccio. Il se remémore les tifosis bretons et corses à la finale de la coupe de France en 2016. En tant que joueur du club corse, il se disait déjà vis-à-vis de Rennes « ce club là a un potentiel »

Une aventure humaine


Son meilleur souvenir à Rennes ne nécessite pas une grande réflexion, le capitaine rennais répond sans détour : la saison 2016-2017 dans son intégralité. Il qualifie d’ailleurs cette saison « d’aventure humaine ».

Il considère surtout que les play-offs contre Orange ont constitué un moment fondateur, il va même ajouter « personne ne voulait prendre cette équipe là et on a relevé le défi, on s’est battus […] ce quart est un très bon souvenir. D’ailleurs après à l’image de la demie et la finale on a déroulé par rapport à ce qu’on avait affronté en quart ».


Un moment de complicité entre l'étudiant et le capitaine du Rennes Volley 35 / © Eric Pinault - France 3 Bretagne
Un moment de complicité entre l'étudiant et le capitaine du Rennes Volley 35 / © Eric Pinault - France 3 Bretagne

Ajaccio, un adversaire à part

Xavier Kapfer est pressé de retourner sur le terrain. Les confrontations contre Ajaccio, son ancien club, sont cochées dans son calendrier que ce soit à domicile ou chez eux « c’est un club contre qui j’aimerais bien jouer et j’espère que je jouerai ce match là et j’espère qu’on jouera bien ».

L’interview se finit et j’ai la sensation d’avoir vécu un moment privilégié avec un grand joueur de volley. Ma dernière pensée en quittant la salle : "la ligue A doit reprendre au plus vite."

A lire aussi

Sur le même sujet

Vente de sable breton sur internet : le Finistère s'inquiète

Près de chez vous

Les + Lus