Avec la grève, risque-t-on la pénurie d'essence ?

A une station-service / © Marc-André Mouchère
A une station-service / © Marc-André Mouchère

70 à 80 personnes ont tenté de bloquer le dépôt pétrolier de Vern-sur-Seiche, y parvenant partiellement. Idem aux abords de la raffinerie de Lorient. Si certains ont fait leur plein ce week-end par précaution, provoquant une rupture de stock dans certaines stations, la pénurie est loin.

Par Stéphane Grammont

Avec le mouvement de blocage du dépôt pétrolier de Vern-sur-Seiche ce lundi, et reconductible au-delà, par les transporteurs routiers, certains pourraient craindre une pénurie telle qu'en mai 2016, lors des manifestations contre la loi travail.


Mais à l'époque, même s'il était difficile de trouver où faire le plein,  le risque de pénurie avait été écarté par le gouvernement, qui pouvait compter sur ses réserves stratégiques, équivalentes à 61 jours de consommation.

"Le recours régulier aux stocks pétroliers collectifs en cas de crise sociale, par des mécanismes rodés et avec une ampleur notable ( jusqu'à plus de 3 millions de m3 , 15 jours de consommations , en 2016), a mis fin à toute crédibilité pour les blocages sociaux des dépôts pétroliers" peut-on d'ailleurs lire sur une page Wikipedia consacrée aux réserves stratégiques.

Tuyaux d'essence à une station service / © Marc-André Mouchère
Tuyaux d'essence à une station service / © Marc-André Mouchère

 

Sur le même sujet

Vente de sable breton sur internet : le Finistère s'inquiète

Près de chez vous

Les + Lus