Rennes - Caen (0-1) : le Stade Rennais s'enfonce encore plus

Le milieu de terrain rennais Wahbi Khazri opposé au Caennais Julien Feret lors du match de Ligue 1 entre le Stade Rennais FC et le SM Caen au Roazhon Park - 30/09/2017 / © AFP - J.F. Monier
Le milieu de terrain rennais Wahbi Khazri opposé au Caennais Julien Feret lors du match de Ligue 1 entre le Stade Rennais FC et le SM Caen au Roazhon Park - 30/09/2017 / © AFP - J.F. Monier

Un but contre-son-camp, une fausse joie sur une égalisation fantôme, un gardien adverse en forme, Rennes broie du noir en ce moment, comme le confirme la défaite 0-1 contre Caen, samedi. "On va avoir des problèmes" explique Christian Gourcuff.

Par AFP (editing T.P.)

Après cette défaite sur les Normands et 6 points au compteur à l'issue de 8 journées de championnat, la situation des Rennais devient inquiétante. Ils se positionnent à la 15ème place du classement provisoire.

Sur la physionomie du match, le succès de Malherbe, qui en est à 5 victoires sur ses 6 derniers matches, n'a rien de choquant, mais il faut bien reconnaître que tout se ligue contre Rennes. Privé pour trois mois de sa recrue vedette Isamïla Sarr et avec le forfait de dernière minute de Sanjin Prcic, qui assurait la stabilité du milieu de terrain, les rouges n'étaient déjà pas dans les meilleures dispositions.


But contre son camp

Mais cette malchance les a poursuivis lorsque le milieu défensif Ramy Bensebaïni a poussé le ballon dans son propre but après un arrêt réflexe de Tomas Koubek, consécutif à un enchaînement de toute beauté du Croate Ivan Santini (0-1, 35e).


Panne de la Goal Line

Plus cruel encore, Rennes a cru pendant quelques instants avoir égalisé, sur une panne du système vidéo censé dire si un ballon a franchi la ligne ou pas (Goal Line Technology). Quelques secondes après un corner tiré directement par Wahbi Khazri, repoussé des poings par Rémy Vercoutre sur sa ligne, l'arbitre, Amaury Delerue, a interrompu le jeu en désignant le bracelet à son poignet censé lui indiquer que le ballon a franchi la ligne et s'est dirigé vers le milieu du terrain.
Joueurs et spectateurs ont cru au but, mais après quelques secondes de discussions avec les délégués et le visionnage de ralentis sans équivoques, l'"absence de but" a été confirmée.

Caen plus offensif

Ces péripéties ne sauraient toutefois cacher la pauvreté des actions offensives rennaises, avec un Khazri en 9, ce qui n'est pas son poste habituel, soutenu par Morgan Amalfitano. Outre son corner direct, Khazri aura été le plus dangereux quand même, ratant un face-à-face avec un Vercoutre (37ème minute) également très prompt à dévier du bout des gants une frappe d'Amalfitano à ras de terre (43ème minute).

Caen, très solide défensivement, se sera créé plus d'occasions. Dès la deuxième minute, son milieu slovène Jan Repas trouvait Santini bizarrement seul dans l'axe, mais la reprise trop faible du Croate était déviée en corner par Koubek (2ème minute). Le même Koubek réalisait un arrêt-réflexe pour sortir une tête d'Hervé Bazile aux six mètres (46ème minute) et était tout heureux de voir une frappe de Ronny Rodelin frôler sa lucarne gauche (70ème minute).

La trêve internationale risque d'être une nouvelle fois bien morose sur les bords de la Vilaine, un climat qui devrait être propice aux spéculations sur l'avenir d'un Christian Gourcuff dont les marges de manoeuvres pour relancer l'équipe semblent bien minces.

La colère de Christian Gourcuff

"C'est un mauvais match, un mauvais scénario. Un début un peu timide et puis une équipe de Caen qui nous posait des problèmes par de longs ballons sur Santini. Ce qui est plus inquiétant, parce que prendre des buts, on peut être menés, c'est que l'équipe se liquéfie complètement. C'est du déchet technique, une impuissance, une incapacité à construire, à prendre de la vitesse, (les joueurs sont) volontaires mais complètement la tête dans le guidon. Ce qui n'est pas normal parce qu'il y avait encore 45 minutes. On a trois occasions en première mi-temps et en deuxième il n'y en a pratiquement pas, on ne jouait plus. Comment peut-on basculer comme ça sur cette fébrilité, ce manque de maîtrise? Évidemment ça interpelle... Les remplacement n'apportent pas non plus ce qu'on attend. Le constat est là, mais je ne peux pas croire que les joueurs aient perdu leurs qualités comme ça, mais il ne faut pas qu'on ait peur de regarder les choses en face, ce soir c'est un très mauvais match. Par rapport à ce qu'on peut faire à l'entraînement, il y a un monde d'écart. Là, chaque passe était compliquée, il y a eu des fautes techniques, la peur de prendre des responsabilités... Si on n'est pas capable de résoudre ça, on va avoir des problèmes".

A lire aussi

Sur le même sujet

Vente de sable breton sur internet : le Finistère s'inquiète

Près de chez vous

Les + Lus