Rennes : exclusion, crise de la représentativité, dénoncées dans une étude pilotée par l'Eglise

© France 3 Bretagne
© France 3 Bretagne

Menée à l'initiative de l'Eglise en Ille-et-Vilaine, l'étude réunit les réflexions d'acteurs de la société civile et du monde de l'entreprise sur les mutations concernant les territoires, les technologies, les institutions, la croissance de la population et les pressions environnementales.

Par AFP

"Une profonde crise de la représentativité" et une machine économique et technologique qui exclut sont les principales conclusions de cette consultation de 71 acteurs de la société civile et de l'entreprise d'Ille-et-Vilaine, effectuée ces derniers mois à la demande de l'archevêque de Rennes, Mgr Pierre d'Ornellas.
Dans cette démarche originale, menée pendant trois mois, ces acteurs, pas tous catholiques, ont réfléchi sur cinq mutations concernant les milieux géographiques, les technologies, les institutions, les rythmes de croissance de la population et les pressions environnementales.

Une étude, objet d'un ouvrage "Pour une économie humaine"


A l'issue de discussions parfois vives et contrastées, leurs conclusions, commentées par l'archevêque de Rennes Mgr Pierre d'Ornellas qui apporte l'éclairage de la doctrine sociale de l'Eglise, ont été rassemblées dans un ouvrage, "Pour une économie humaine" (éd.Salvator), publié jeudi à moins de deux semaines du premier tour de la présidentielle. 

Pour une revitalisation de l'entreprise


Mgr d'Ornellas, un des membres de l'épiscopat réputé pour ses analyses sociétales, notamment sur la fin de vie, ne donne pas de consigne de vote. Il plaide pour la revitalisation de l'entreprise, lien privilégié d'échanges, où le personnel doit être associé aux décisions"La machine du travail est un bateau ivre qui ne se rend plus compte qu'elle est exclusive", a dénoncé le prélat devant des journalistes.

Un fossé entre la population et la classe politique


Ces forces vives du département breton économiquement le plus dynamique (5.000 chercheurs dans le seul domaine du numérique), dénoncent dans cette synthèse de leurs interventions "un fossé qui se creuse entre citoyens et classe politique". "Les élus sont jugés trop nombreux et pas assez efficaces, tandis que les membres de la société civile peinent à trouver leur place dans le débat public, tout comme les corps intermédiaires qui ont parfois le sentiment d'être oubliés. Quant à la représentation syndicale, elle n'a rien à voir avec celle de pays comme l'Allemagne. Il en résulte une faible participation des citoyens à la vie publique et une profonde crise de la représentativité qui s'exprime par l'abstention".

Opposition entre une société inventive, dynamique et une autre nostalgique et tétanisée


Yves Morvan, ancien président du Conseil économique et social de Bretagne, a piloté les travaux et pointe contradictions et difficultés y compris en Ille-et-Vilaine, terre d'initiatives multiples: "d'un côté, une société inventive et dynamique guidée par un nouvel idéal de relations et de liens sociaux, souvent "périphérique", cherchant les chemins d'un renouveau de la liberté et de la citoyenneté; de l'autre, un pays tétanisé par la peur du déclin (et des "autres"), aux antipodes des transformations en cours, nostalgique et impatient d'en découdre avec le système".

Sur le même sujet

Départs en vacances : contrôles routiers à Plestan (22)

Près de chez vous

Les + Lus