publicité

Rennes: la gare ferme 24H ce week-end

Aucun train ne s'arrêtera à Rennes entre samedi début d'après-midi et dimanche 13h30. La gare sera fermée pendant 24 heures pour poser la passerelle qui reliera les parties Sud et Nord. En pleine transformation, la gare sera de nouveau interdite au public le week-end des 30-31 janvier.

  • Hélène Pédech
  • Publié le
La métamorphose de la gare SNCF de Rennes devrait s'achever en 2020. © M.Ollivier / Maxppp

© M.Ollivier / Maxppp La métamorphose de la gare SNCF de Rennes devrait s'achever en 2020.

Le week-end prochain, 23 et 24 janvier, la gare de Rennes sera entièrement fermée.

Idem le week-end des 30-31 janvier

Il s'agit de construire la future passerelle qui emjambera les parties Nord et Sud de la gare. C'est la toute première fois que la gare est fermée, pendant 24h, à compter de samedi 13h30 jusqu'à dimanche 13h30.  Le week-end suivant; rebelote avec, là aussi, une fermeture pendant 24 heures, les 30 et 31 janvier.

Contourner la capitale bretonne rallongera le temps de trajet, d'au moins une heure, et même plus, selon le parcours. Il est conseillé de partir samedi matin, ou dimanche après-midi. Mais pas entre les deux.

13 interruptions en 2016

Au total, la SNCF a prévu d'interrompre le trafic ferroviaire, à Rennes, à 13 reprises, au cours de cette année.
Toutes les liaisons sont maintenues, mais avec des autocars sur une partie du parcours. Pour les deux week-end à venir, 120 véhicules seront mobilisés.

La gare de Rennes sera fermée les deux week-ends prochains

- Stéphane Fiorcapucci Manager informations et services - Equipe: M.Thiebaut, B.Van Wassenhove, P.Nau  -  France 3 Bretagne  - 


5 ans de chantier

La gare de Rennes se prépare à accueillir la LGV, en 2017, et le futur Pôle d'echanges multimodal. D'où un énorme chantier de transformation, qui a démarré l'an passé et doit s'achever en 2020. Le montant des travaux s'élève pour l'instant à 110 millions d'euros.


L'actu de votre région en vidéo

Hubert Journel, médecin lanceur d'alerte sur la Dépakine

Hubert Journel, généticien au Centre Hospitalier Bretagne Atlantique à Vannes, fait partie des médecins qui dès les années 80 ont alerté sur la Dépakine. Avec des collègues du centre "anomalies du développement", il suit 128 femmes ayant pris ce médicament pendant leur grossesses. Le constat est alarmant. Hubert Journel, généticien au Centre Hospitalier Bretagne Atlantique à Vannes Reportage du 11 août 2016

Reportage : M. Thiébaut - N. Dalaudier

les + lus