Squat de la Poterie à Rennes : jour d'évacuation

Le départ après une année dans cette ancienne maison de retraite / © Catherine Jauneau - France 3 Bretagne
Le départ après une année dans cette ancienne maison de retraite / © Catherine Jauneau - France 3 Bretagne

170 migrants vivent depuis un an dans un squat, une ancienne maison de retraite à la Poterie, quartier sud de Rennes. Une convention pour l'occupation des lieux, avait été signée avec le propriétaire, le groupe Lamotte, mais elle expire ce lundi 17 juillet, les contraignant au départ.

Par Krystell Veillard

Ils ont passé plus d'une année dans ce squat, à la Poterie, quartier du sud de Rennes. Ces familles de Mongolie, de Tchéchenie, d'Albanie, du Congo, y ont pris leurs habitudes, établi des repères, ont pu se sont posés, après des vies souvent très cahotiques. Quelque 175 migrants, dont la moitié d'enfants, sont aujourd'hui contraints de quitter ces lieux, ces petits studios, où ils ont pu durant une année poser leurs bagages. Un moment difficile pour tous, car c'est aujourd'hui l'inconnu à nouveau, qui les attend, aucun ne sait en effet où il dormira ce soir.
 

Réunion entre la préfecture et la ville


Un rassemblement s'est déroulé ce lundi matin sur le site de La Poterie, à l'appel des associations qui les soutiennent, prolongé par une manifestation ce midi place de la mairie. Une délégation d'une vingtaine de membres d'associations est reçue ce lundi après-midi à la mairie de Rennes, à l'occasion d'une rencontre entre la préfecture et la ville pour trouver en urgence des solutions d'hébergements à ces migrants. Des familles, qui pour quelques une, attendaient le résultat de cette réunion sur les marches de l'opéra.

 

Ces migrants évacués du squat de la Poterie, attendent des solutions d'hébergement pérennes / © Catherine Jauneau - France 3 Bretagne
Ces migrants évacués du squat de la Poterie, attendent des solutions d'hébergement pérennes / © Catherine Jauneau - France 3 Bretagne


Une opération immobilière sur les lieux


Le groupe immobilier Lamotte, propriétaire des lieux, et qui projette une résidence sénior à cette endroit, avait consenti à cette occupation, suite à une décision du tribunal administratif l'été dernier. Une convention privée avait ainsi été signée entre les associations et le groupe Lamotte pour l’occupation des lieux jusqu’à ce lundi 17 juillet. Les associations tenant à respecter leur engagement, ont donc elles-même organisé le départ des réfugiés, essayant de trouver en amont des solutions de relogement, avec le ville et la préfecture. En vain. Le Préfet souligne ainsi "n’avoir été saisi d'aucune demande d’évacuation de l'immeuble de la Poterie sur le fondement d’une décision judiciaire".
Les négociations avec la ville sont à l'arrêt "du fait des hésitations de la préfecture" selon les associations.  
 

La situation des migrants selon la préfecture


La préfecture dans un communiqué, annonce que "la situation des occupants de l'immeuble de la Poterie sera examinée au cas par cas, en fonction de leur situation administrative, et, le cas échéant, des possibilités d’hébergement". Elle précise encore qu'une "évaluation a fait apparaître que la situation de 75 personnes était actuellement en cours d'examen à divers titres (recours contre un rejet de demande d'asile en cours devant la CNDA ; procédure étranger malade…) ; en revanche, 85 autres étrangers avaient épuisé les recours contre une décision de rejet de leur demande d'asile et n'étaient plus, a priori, susceptibles de bénéficier de l'instruction d'une nouvelle demande d'asile." Pour les 75 migrants dont les dossiers sont en cours d'examen, la préfecture a demandé au groupe Lamotte de ne pas intervenir trop rapidement sur ce site des Jardins de La Poterie, pour pouvoir éventuellement les y reloger.

 

Jour d'évacuation du squat de La Poterie à Rennes / © Catherine Jauneau - France 3 Bretagne
Jour d'évacuation du squat de La Poterie à Rennes / © Catherine Jauneau - France 3 Bretagne

La situation en Ille-et-Vilaine


La préfecture rappelle encore "que la progression constante des étrangers demandeurs d’asile dans le département entraîne une saturation des capacités actuelles d'hébergement. A titre d’illustration, l’État prend en charge quotidiennement près de 270 nuitées hôtelières, alors qu'en période estivale, celle-ci ne concerne habituellement que 5 à 10 personnes. À ce chiffre, il convient de rajouter les 183 places ouvertes dans les différents Centres d'accueil et d’orientation (CAO), ainsi que celles relevant du Dispositif National de l'Asile 766 ouvertes dans le département. Les dépenses correspondantes représentent près de 10 000 000 euros par an."
 

Le reportage de Catherine Jauneau et Sandrine Ruaux

L'évacuation du squat de la Poterie à Rennes
Le reportage à Rennes (35) de Catherine Jauneau et Sandrine Ruaux - Interviews : Issy, originaire du Congo RDC - Armelle Bounya, Association "Un toit, un droit" - Denis Olagnon, secrétaire général préfecture d'Ille-et-Vilaine


 

 

 


A lire aussi

Sur le même sujet

Les migrants après l evacuation du squat de la Poterie

Près de chez vous

Les + Lus