Stade Rennais: le soleil se lève à l'ouest ?

© DAMIEN MEYER / AFP
© DAMIEN MEYER / AFP

Avec un recrutement ambitieux et un effectif remodelé pour être Gourcuff-compatible, Rennes suscite à nouveau l'espoir chez ses supporters. En espérant qu'il ne s'agisse pas d'une éclaircie sans lendemain.

Par AFP

On savait que Rennes serait actif sur le marché des transferts. Mais on n'avait pas anticipé avec quels moyens.

Cela faisait 17 ans que Rennes n'avait pas été aussi dépensier lors d'un mercato.

En 2000, l'expérience avait laissé un souvenir cuisant à l'actionnaire François Pinault qui avait investit plus de 33 millions d'euros pour le Brésilien Severino Lucas et l'Argentin Mario Hector Turdo pour un bide retentissant.

On ne s'attendait donc vraiment pas à voir les Bretons débourser 17 millions d'euros - plus 13 millions d'euros de bonus, dont la moitié facilement atteignables -, sur un jeune Sénégalais de 19 ans débarqué il y a tout juste un an à Metz, Ismaïla
Sarr.



"C'est un jeune joueur qui a une grande marge de progression avec de grosses qualités individuelles", a commenté  l'entraîneur, dithyrambique, Christian Gourcuff.
 
Rennes n'a pas hésité non plus à mettre 7 millions d'euros sur Faitout Maouassa, prometteur ailier de 19 ans (Nancy/L2), 2,5 millions sur le latéral Hamari Traoré (Reims/L2), 3 millions sur le milieu Benjamin Bourigeaud (Lens/L2) et 3,5 M EUR sur Thomas Llamas Brandon, attaquant espagnol de 22 ans déniché à Majorque, en D2 espagnole.

Tout cela en dégraissant un groupe pléthorique et peu adapté au 4-4-2 de Christian Gourcuff, avec les départs de Pedro Mendes en défense, Gelson Fernandes au milieu, de Wesley Saïd et Giovanni Sio en attaque, en attendant ceux de Clément Chantôme et Dimitri Cavaré.

Le président René Ruello a même laissé entendre que ce n'était pas forcément fini. L'attaquant lillois Nicolas de Préville reste une cible pour Rennes si une opportunité se présentait, alors qu'Adama Diakhaby devrait bientôt s'engager à Monaco en rapportant 8 à 10 M EUR à Rennes.

On mesure donc l'effort consenti par un club dont les ventes récentes - Abdoulaye Doucouré, Paul-Georges Ntep, Kamil Grosicki ou Ousmane Dembélé, ce dernier à un prix nettement inférieur à sa valeur réelle - avaient surtout servies à éponger 31 M EUR de pertes cumulées sur 2014 et 2015.

Gourcuff a remis de l'ordre


Mais au-delà des chiffres, c'est surtout la cohérence sportive qui frappe dans le mercato rennais.

Après plusieurs étés d'achats désordonnés et trop rarement satisfaisants, l'arrivée d'un projet de jeu clair incarné par Christian Gourcuff a remis de l'ordre dans le recrutement.

"Les jeunes vont apporter plus de punch, plus de jus, ce qui nous manquait. Le club a bien vu ça et ils ont recruté des joueurs qui vont amener de la fougue et de la vivacité", a confié le latéral Ludovic Baal à l'AFP.

Rennes espère ainsi redynamiser son attaque, 17e de Ligue 1 l'an dernier (36 buts), qui avait plombé un collectif plutôt bien en place et solide (6e défense avec 42 buts encaissés).

"C'était une saison un peu fade. Pas au niveau du jeu, parce qu'on a fait des prestations intéressantes. Mais notre incapacité à concrétiser et à être efficace a donné des matchs souvent ternes", a analysé Gourcuff.

Fidèle à son habitude, ce dernier n'affiche aucun "objectif" en termes de classement, souhaitant seulement "une saison avec des émotions positives. Peut-être que l'année dernière, c'est un peu ce qui nous a manqué".

"Je crois que c'est un projet d'avenir, je ne pense pas que c'est sur une année qu'il faudra juger ces jeunes-là", a également averti Ludo Baal.

Remarque d'autant plus judicieuse que la concurrence aussi s'est renforcée, à l'image des recrutements de Lille ou Marseille, par exemple.

Sur le même sujet

Socavol est placé en redressement judiciaire

Près de chez vous

Les + Lus