Au festival Étonnants Voyageurs de Saint-Malo, la culture au chevet de la démocratie

© Marc-André Mouchère / France 3 Bretagne
© Marc-André Mouchère / France 3 Bretagne

La démocratie est au coeur de l'édition 2017 du festival Etonnants Voyageurs de Saint-Malo, qui se poursuit jusque lundi. Pour ses participants, et notamment l'académicien Erik Orsenna, la culture est le meilleur remède contre une démocratie qui montre des signes de fatigue.

Par Quentin Vasseur avec Marc-André Mouchère

La démocratie est-elle malade ? L'écrivain et académicien Erik Orsenna la trouve en tout cas "fatiguée".

Invité au festival Etonnants Voyageurs où il présentait son livre La géopolitique du moustique, le Prix Goncourt 1988 note "un repli, on considère de plus en plus que l'autre est une menace, une peur, et on n'a pas confiance en l'avenir."


Quel remède alors, sinon une cure de culture ? Signataire comme J. M. G Le Clezio ou  Paule Constant du manifeste de Michel Le Bris "Nous sommes plus grands que nous", l'auteur considère que la culture crée de l'être-ensemble. 

"La culture, c'est l'inverse de la dépression" assure-t-il. "La culture c'est se dépasser soi-même, c'est entendre en soi cette promesse et la possibilité de se déployer. On peut danser, on peut faire de la musique, on peut s'imaginer amoureux fou, c'est ça la culture, c'est-à-dire être plus grand que nous".

Festival Etonnants Voyageurs à Saint-Malo : pour Erik Orsenna, "la culture c'est l'inverse de la dépression"
L'écrivain et académicien Erik Orsenna était interrogé dans l'édition du 19/20 de France 3 Bretagne, en direct du festival Etonnants Voyageurs de Saint-Malo. - Marc-André Mouchère et Philippe Queyroux

Et reprenant les mots de Michel Le Bris, fondateur du festival en 1990, Erik Orsenna affirme qu'"au fond de chaque être humain il y a une promesse, et il faut que nous fassions tout pour que chaque être humain ait la possibilité de répondre à cette promesse."

Les États-Unis au cœur des débats

Les États-Unis étaient également au cœur d'une discussion, samedi soir, sur le décalage entre les côtes et le centre des États-Unis. 

Dans ce débat, qui rassemblait le photographe Guillaume Binet, la sociologue Catherine Gucher, l'écrivain Gilles Leroy et le cinéaste Bertrand Tavernier, on rappelait notamment que l'homosexualité était toujours peu tolérée dans le centre et le sud du pays, et que dans l'État de l'Alabama par exemple, le mariage mixte n'avait été autorisé qu'en 2000.
.

Donald Trump s'est enfermé


Mais il a également été question d'un homme : Donald Trump. "Donald Trump s'est enfermé, et quand on s'enferme, on rend un mauvais service à l'espace dans lequel on s'enferme" note Erik Orsenna. 

Erik Orsenna a dédicacé plusieurs exemplaires de son livre La géopolitique du moustique / © Marc-André Mouchère / France 3 Bretagne
Erik Orsenna a dédicacé plusieurs exemplaires de son livre La géopolitique du moustique / © Marc-André Mouchère / France 3 Bretagne

Et de prendre l'exemple de Pittsburgh. La ville de Pennsylvanie, haut-lieu de la sidérurgie, est apparue dans le discours de Donald Trump où ce dernier a affirmé qu'il avait "été élu pour représenter les habitants de Pittsburgh, pas de Paris".

Ce à quoi le maire de Pittsburgh Bill Peduto a répondu qu'il se tenait du côté de Paris. Un message "très passionnant et émouvant" selon l'académicien, pour qui "c'est peut-être les villes qui vont répondre et qui vont se dresser quand les États sont défaillants."


A lire aussi

Sur le même sujet

Lorient : Nouveau procédé de surgélation Qwehli

Près de chez vous

Les + Lus