Le catamaran Energy Observer s'expose à Saint-Malo avant son tour du monde

Energy Observer, au pied des remparts de Saint-Malo - 7/04/2017 / © Energy Observer - Jérémy Bidon
Energy Observer, au pied des remparts de Saint-Malo - 7/04/2017 / © Energy Observer - Jérémy Bidon

Jusqu'au vendredi 14 avril, date de sa mise à l'eau, Energy Observer, le premier navire autonome en énergie, propulsé à l'hydrogène et aux énergies renouvelables, est présenté au public à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) après sa préparation en atelier.

Par Thierry Peigné

Le catamaran de plus de 30 m de long et de 12,80 m de large, avec lequel sir Peter Blake avait remporté le Trophée Jules Verne, a quitté son hangar jeudi à Saint-Malo pour être exposé depuis ce vendredi matin devant les remparts de la cité corsaire. Depuis 2015, une équipe d'architectes, de designers et ingénieurs ont travaillé à son reconditionnement.

Energy Observer, au pied des remparts de Saint-Malo - 7/04/2017 / © Energy Observer - Jérémy Bidon
Energy Observer, au pied des remparts de Saint-Malo - 7/04/2017 / © Energy Observer - Jérémy Bidon

Indépendance énergétique

Ce navire expérimental aura pour objectif de tester et fiabiliser des nouvelles technologies comme l'hydrolien, l'éolien via des ailes de kite intelligente, ou encore le photovoltaïque avec des panneaux solaires bifaces comme l'expliquent les porteurs de projet, le navigateur Victorien Erussard et l'homme d'images Jérôme Delafosse, tous deux originaires de Saint-Malo.

Mais la plus grande innovation à bord c'est de produire de l'hydrogène à partir de ces différentes énergies renouvelables. Une fois stockée, cet hydrogène pourra assurer l'autonomie en eau et en énergie du navire quand le vent et le soleil ne seront pas au rendez-vous. L'hydrogène sera obtenu par électrolyse à partir de l'eau de mer.


Six ans autour du monde

A une vitesse de huit à dix noeuds (14,8 à 18,5 km/h), Energy Observer devrait faire un tour du monde durant six ans, jusqu'en 2022, avec 101 escales dans 50 pays. 

"L'idée, c'est d'éduquer, de sensibiliser, d'aller à la rencontre des gens qui oeuvrent à la préservation de l'environnement", a précisé Victorien Erussard.

L'expédition participera à de grands événements internationaux sur le thème du développement durable, visitera des endroits exemplaires ou au contraire problématiques.

A lire aussi

Sur le même sujet

Vente de sable breton sur internet : le Finistère s'inquiète

Près de chez vous

Les + Lus