Menace sur le festival Étonnants Voyageurs à Saint-Malo ?

Michel Le Bris, directeur du Festival Etonnants Voyageurs de Saint-Malo
Michel Le Bris, directeur du Festival Etonnants Voyageurs de Saint-Malo

Lors de la présentation de la 27è édition du festival malouin Étonnants Voyageurs (14 - 16 mai) Michel Le Bris n'a pas mâché ses mots en évoquant un "festival en danger de mort". La manifestation, qui doit faire face à des charges supplémentaires, ne se sent pas soutenue par la ville de Saint-Malo

Par Krystell Veillard

La météo n'est pas au beau fixe entre la municipalité malouine et le festival Etonnants Voyageurs. Une manifestation dans la tourmente et qui ne se sent pas du tout soutenue par la ville, "Nous sommes aujourd'hui en grave danger" déclare ainsi son directeur Michel Le Bris.

"Est-ce qu'on veut ou non de ce festival ?"


En cause notamment, la contrainte de rémunérer les auteurs depuis le 1er janvier. Une charge supplémentaire sur laquelle l'organisation du festival avait alerté la mairie. "Il n'y a eu aucune réunion de travail avec la ville pour mettre les choses sur la table. Est-ce qu'on veut ou non de ce festival ? c'est la question qui se pose !"  s'interroge le directeur du festival, qui précise que pour cette édition, des économies ont été réalisées à tous les niveaux. "On reçoit la même subvention depuis 8 ans, alors qu'on doit faire face à une augmentation continuelle des charges" aussi quand lors du dernier conseil municipal, le maire Claude Renoult déclare en conseil municipal que "Michel Le Bris veut toujours plus", le sang du fondateur de la manifestation ne fait qu'un tour : "pour moi c'est une insulte ! J'attends du respect pour le travail qu'on a fait."

Des bénévoles pour remplacer le personnel municipal


La rémunération des auteurs invités, est imposée depuis le 1er janvier par la CNL, commission national du livre. Mais celle-ci, consciente des difficultés dans lesquelles elle place le festival Etonnants Voyageurs, fait tout, pour réduire au maximum ce coût cette année, à condition que la ville de son côté fasse des efforts et manifeste son intérêt pour le festival. Hors, une autre nouvelle passe mal. Saint-Malo ne veut plus mettre le personnel municipal à disposition du festival. "Alors que la convention avec la ville a été renouvellée cet été pour 3 ans, à la mi-décembre, on nous a annoncé cette nouvelle sans préalable". Le personnel municipal serait alors remplacé par une association de bénévoles. "Le problème c'est que tout ne peut pas être pris en main par des bénévoles, pour des questions d'efficacité d'une part et pour des questions de responsabilité, d'autre part. Il faut en particulier assurer la circulation, guider les invités, les emmener d'un endroit à un autre... C'est une très grosse organisation."

"On a tous un attachement très fort à Saint-Malo"


"Je pense qu'on n'arrivera pas à équilibrer le budget cette année" confie encore Michel Le Bris. "La question qui va se poser c'est d'arrêter. C'est un crève-coeur pour moi et pour l'équipe. Depuis 25 ans, on a tous un attachement très fort à Saint-Malo." De son côté, la ville est aussi contrainte par un budget de plus en plus serré, des aides de l'Etat qui s'amenuisent et une obligation de faire des économies.



 

La Turquie, Cuba et "le chaos du monde" au programme du 27e festival Etonnants Voyageurs

Quelque 200 auteurs venus d'un vingtaine de pays participeront du 14 au 16 mai à Saint-Malo à la 27e édition du festival Etonnants Voyageurs qui mettra la Turquie et Cuba à l'honneur et s'interrogera sur le rôle des écrivains "face au chaos du monde". "Le festival est le lieu où on essaye de faire en sorte que des écrivains, venus du monde entier, échangent, discutent du monde d'aujourd'hui", a déclaré jeudi l'essayiste Michel Le Bris, directeur et fondateur du festival, lors d'une conférence de presse de présentation. Pendant trois jours, Etonnants Voyageurs proposera un tour d'horizon de l'état du monde et des crises qui l'agitent à travers des rencontres, des projections et des débats.

La question des migrants et un hommage aux femmes aujourd'hui dans le monde musulman

La Turquie sera au coeur de cette édition dont l'affiche est une photographie du mont Nemrut, situé au sud-est du pays. Ce thème permettra d'évoquer la crise des migrants, "spectacle lamentable que donne l'Europe aujourd'hui en cédant au gouvernement turc", a souligné Michel Le Bris.
Un hommage sera rendu aux femmes dans le monde musulman avec des auteures comme Hyam Yared, Ciler Ilhan, Samar Yazbek ou l'actrice Loubna Abidar, héroïne du film Much Loved, qui viendront faire part de leur expérience devant le public de Saint-Malo. Cuba, et l'ouverture progressive de l'île, seront aussi au programme, autour de la nouvelle génération d'écrivains cubains. "On voit à quel point, dans la société civile, Cuba a bougé, avec l'arrivée des Rolling Stones par exemple", a rappelé Michel Le Bris.

La question du religieux ou encore "C'est quoi la France ?"

Le continent américain sera représenté par 25 auteurs venus des Etats-Unis ou du Canada dont William Boyle, Ted Conover, Jim Nisbet ou encore Ellen Urbani. Après les attentats de Bruxelles et de Paris, la question du religieux fera, comme l'an passé, l'objet de plusieurs débats. "Nous sommes totalement démunis devant le surgissement des intégrismes. On ne sait pas quoi penser et quoi objecter", explique Michel Le Bris. Pour répondre à la question "C'est quoi la France ?", l'ancienne Garde des Sceaux, Christiane Taubira, et l'ancien footballeur Lilian Thuram feront le déplacement pour ce festival qui accueille environ 60.000 visiteurs chaque année.

A lire aussi

Sur le même sujet

Age de l'apprentissage repoussé de 25 à 30 ans

Près de chez vous

Les + Lus