publicité

Loi ALUR : des terrains non constructibles dont la valeur s'écroule

Certains propriétaires ne peuvent plus construire sur les terrains qu'ils ont achetés. La valeur de ces terrains s'est même écroulée. En cause : la loi ALUR. 

  • Par Baptiste Galmiche
  • Publié le
© France 3 Bretagne

© France 3 Bretagne

Ronan Leroux a acheté son terrain en 2000 pour y construire une maison. Aujourd'hui, il ne peut plus. En cause : la loi ALUR qui renforce la protection des terres agricoles. Pourtant, le terrain dont Ronan est propriétaire est difficilement exploitable pour l'agriculture : 1 000 m² entourés d'une route et de deux maisons.

Michel, lui aussi, a reçu cette nouvelle qui a fait l'effet d'une douche froide. En 2012, le certificat d'urbanisme opérationnel avait validé son projet de construction. Trois années après, ce C.U. la lui refusait. La valeur de son terrain dégringole de 150 000 à 3 000 euros.


Se mobiliser pour peser davantage

Ces propriétaires ne contestent pas la loi ALUR. "Ce que nous demandons, c'est un assouplissement de cette loi. Nous sommes d'accord pour qu'il n'y ait plus [...] cette consommation effrénée de terres agricoles, mais il faut qu'il y ait une gestion plus logique" insiste Loïc Prima, président de l'association "les PLUmés de Clohars-Carnoët".

Les propriétaires ont décidé de se constituer en association. L'association des "PLUmés du Morbihan" devrait bientôt voir le jour.

Reportage : Stéphane Izad et Manon Le Charpentier

Loi ALUR : des terrains non constructibles dont la valeur s'écroule

Reportage : Stéphane Izad et Manon Le Charpentier. Interviews : - Ronan Le Roux, propriétaire à Kervignac (56) ; - Michel Corda, propriétaire à Locoal-Mendon (56) ; - Loïc Prima, président de l'association "les PLUmés de Clohars-Carnoët".  -   - 



Interviews :
- Ronan Le Roux, propriétaire à Kervignac (56) ;
- Michel Corda, propriétaire à Locoal-Mendon (56) ;
- Loïc Prima, président de l'association "les PLUmés de Clohars-Carnoët".

L'actu de votre région en vidéo

Hubert Journel, médecin lanceur d'alerte sur la Dépakine

Hubert Journel, généticien au Centre Hospitalier Bretagne Atlantique à Vannes, fait partie des médecins qui dès les années 80 ont alerté sur la Dépakine. Avec des collègues du centre "anomalies du développement", il suit 128 femmes ayant pris ce médicament pendant leur grossesses. Le constat est alarmant. Hubert Journel, généticien au Centre Hospitalier Bretagne Atlantique à Vannes Reportage du 11 août 2016

Reportage : M. Thiébaut - N. Dalaudier

les + lus