publicité

A peine élue, Joelle Bergeron devra démissionner sur ordre de Marine Le Pen

Joelle Bergeron devait sa position de seconde sur la liste Bleu Marine de Gilles Lebreton à des raisons de parité. Marine Le Pen lui aurait demandé de démissionner pour laisser la place au secrétaire départemental d'Ille-et-Vilaine, Gilles Pennelle.

  • Par Stéphane Grammont
  • Publié le , mis à jour le
Joelle Bergeron

Joelle Bergeron

"C'est compliqué, c'est très compliqué" nous avait-elle confié au téléphone au lendemain de son élection comme députée européen sur la liste Bleu Marine de Gilles Lebreton.

Joelle Bergeron, la conseillère municipale et communautaire de Lorient, élue en mars dernier en créant la surprise au premier tour, a annoncé qu'elle doit renoncer à son futur siège de député européen. 

"Le parti avait déjà décidé avant les élections, ils n'en ont rien à faire de la parité" , nous a-t-elle confié par téléphone.

Elle annonce par conséquent se retirer de tous ses mandats locaux. "Je suis blessée, je m'assois sur 40 ans de militantisme. Ce n'est pas respectueux des femmes" nous a-t-elle expliqué.

Je suis blessée


Joelle Bergeron était en seconde position sur la liste, devant le secrétaire départemental d'Ille-et-Vilaine et animateur du parti en Bretagne, Gilles Pennelle. Elle doit désormais lui céder la place, malgré un souci affiché de parité que l'élue pensait qu'"elle serait respectée".

Dans un communiqué, Gilles Penelle salue le score "historique" du Front National en Bretagne, qui est "un socle" pour les futures élections départementales et régionales. 

Veuve de Daniel Bergeron, candidat aux municipales de 2008, Joelle Bergeron a effectué une percée lors des dernières municipales à Lorient, et arrive en tête à ces élections européennes dans plusieurs communes du Pays de Lorient.






L'actu de votre région en vidéo

Hubert Journel, médecin lanceur d'alerte sur la Dépakine

Hubert Journel, généticien au Centre Hospitalier Bretagne Atlantique à Vannes, fait partie des médecins qui dès les années 80 ont alerté sur la Dépakine. Avec des collègues du centre "anomalies du développement", il suit 128 femmes ayant pris ce médicament pendant leur grossesses. Le constat est alarmant. Hubert Journel, généticien au Centre Hospitalier Bretagne Atlantique à Vannes Reportage du 11 août 2016

Reportage : M. Thiébaut - N. Dalaudier

les + lus