publicité

TV Breizh ferme définitivement à Lorient

C'est ce mardi 21 mai que TF1 ferme définitivement le siège de TV Breizh à Lorient. Des salariés de TV Breizh, licenciés ce même jour, ont décidé de venir pique-niquer devant leurs locaux.

  • Par Stéphane Grammont
  • Publié le , mis à jour le
Les salariés de TV breizh devant les locaux © Stéphane Izad

© Stéphane Izad Les salariés de TV breizh devant les locaux

Seuls 8 salariés sur les 33 que comptaient TV Breizh ont accepté de se "délocaliser" à Boulogne-Billancourt, au siège de TF1, propriétaire de TV Breizh. Ce mardi, 24 salariés sont licenciés et vont pique-niquer devant les locaux de TV Breizh, "n'y ayant plus que difficilement accès depuis presque un mois" explique un courrier envoyé à la presse.

En effet, si la direction a mené son calendrier de fermeture comme annoncé et enclenché depuis octobre 2012, les salariés ont "difficilement" ressenti l'application de cette décision: "déménagement du matériel commencé alors que certains travaillaient encore, visites de différents repreneurs de matériel et même de locaux, mise en place de mesures de sécurité drastiques avec désactivation des badges etc..."

La diffusion des quatre chaînes émises depuis Lorient a basculé sur Boulogne-Billancourt, dans les locaux de TF1, le 21 avril dernier,avant de s'arrêter totalement dans la matinée. Pour mémoire, il s'agit des chaînes TV Breizh, Ushuaïa TV, Histoire et Stylia. le courrier rappelle que TV Breizh "était une structure unique en région puisque seule, dans le privé, à diffuser pour le national. Sans oublier l'autopromotion des quatre chaînes, conçu et fabriqué sur place". Sa fermeture est "une perte de compétence regrettable" pour le pays de Lorient, "puisque la plupart des professionnels de l'audiovisuel qui travaillaient pour TV Breizh vont devoir se reconvertir".

L'actu de votre région en vidéo

Hubert Journel, médecin lanceur d'alerte sur la Dépakine

Hubert Journel, généticien au Centre Hospitalier Bretagne Atlantique à Vannes, fait partie des médecins qui dès les années 80 ont alerté sur la Dépakine. Avec des collègues du centre "anomalies du développement", il suit 128 femmes ayant pris ce médicament pendant leur grossesses. Le constat est alarmant. Hubert Journel, généticien au Centre Hospitalier Bretagne Atlantique à Vannes Reportage du 11 août 2016

Reportage : M. Thiébaut - N. Dalaudier

les + lus