Lutte anti-terroriste : de la prison ferme pour le Vannetais jugé à Paris

Palais de justice de Paris / © LOIC VENANCE / AFP
Palais de justice de Paris / © LOIC VENANCE / AFP

Le procès d'un Vannetais, sa mère et son ex-compagne se tenait à Paris mercredi 13 septembre. Ils comparaissaient pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un acte terroriste. L'homme a écopé de cinq ans de prison ferme. 

Par Emilie Colin

Le procès avait lieu hier mercredi devant la seizième chambre correctionnelle de Paris. Jean-Louis Juhel, originaire du Morbihan, son ex-compagne et sa mère était jugés pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un acte terroriste. On leur reproche notamment d'avoir tenté de rejoindre la Syrie en 2014. Lors de perquisitions en 2015 au domicile de la mère, les enquêteurs saisissent les portables et les ordinateurs. Dedans, des vidéos et des liens vers des sites internet liés au djihad. 


De la prison ferme


Jean-Louis Juel a finalement été condamné à cinq ans de prison ferme (le parquet avait requis huit ans), son ex-épouse à quatre ans avec mandat de dépôt. Elle comparaissait libre comme la mère de Jean-Louis Juhel. Cette dernière écope de deux ans de prison avec sursis. "Le tribunal a condamné Monsieur Juhel pour tentative d'association de malfaiteurs en vue d'un acte terroiste. Son degré de responsabilité a finalement été considéré comme moins important" souligne son avocat Maître Sami Khankan. Son client attend désormais de savoir si le parquet fera appel. 

Pendant le procès, Jean-Louis Juhel a confirmé sa foi musulmane et ses difficultés à vivre sa religion en France, expliquant son choix de partir à l'étranger. Le tribunal s'est interrogé sur la volonté de cette famille d'emmener ses enfants dans un pays en guerre, et sur le rôle de chacun. 


A lire aussi

Sur le même sujet

Succession : tout savoir sur vos droits

Près de chez vous

Les + Lus