Qui est Jean-Yves Le Drian ?

Jean-Yves Le Drian vote à Guidel (56) au second tour des élections régionales -13/12/2015 / © AFP - D. Meyer
Jean-Yves Le Drian vote à Guidel (56) au second tour des élections régionales -13/12/2015 / © AFP - D. Meyer

En remportant ces élections, Jean-Yves Le Drian (PS) devient le premier président de la Bretagne à remporter trois fois de suite le scrutin régional. Un succès historique pour un candidat à la campagne électorale des plus réduite. Portrait de ce Lorientais, aux 40 années de carrière politique.

Par Thierry Peigné avec Isabelle Rettig

Né le 30 juin 1947 à Lorient dans d'une famille militante de la gauche catholique morbihannaise, cet agrégé d'histoire contemporaine a débuté en 1971 comme assistant à l'université de Rennes. Engagé politiquement dès le lycée, il adhère au Parti socialiste en 1974.

Amoureux de sa Bretagne avant tout

Il obtient son premier mandat électoral en 1977 en tant que conseiller municipal de Lorient. Elu député du Morbihan en 1978, il devient maire de Lorient en 1981.

"Moi je suis Lorientais avant tout. Ma seule conviction, c'est Lorient" aime à rappeler à l'époque cet amoureux de la Bretagne.


 

 

Tous les échelons gravis un à un

Avec 6 mandats de député du Morbihan, 4 de maire de Lorient, 2 de président de la région Bretagne (2004 et 2010), 1 de secrétaire d'état à la Mer (1991) puis celui de ministre de la Défense (depuis 2012), l'homme a su trouver la manière pour s'imposer dans le paysage politique.

"J'ai fait 11 campagnes en mon nom et j'en ai gagné 10" précise Jean-Yves Le Drian en 2012




Le "Redoutable" breton

Obstiné, résolu, fidèle, discret, efficace, influent, autant d'adjectifs qui collent à la peau de Jean-Yves Le Drian. Sa fonction de ministre de la Défense, que lui confie son ami François Hollande en 2012, lui offre une dimension nationale et internationale. Il excelle dans la fonction et devient l'un des ministres les plus populaire du gouvernement. Reconnu pour sa légitimité au poste, il est respecté par ses pairs et même par ses adversaires politiques.

Si loin et toujours si proche  ... de la Bretagne

Même en déplacement au bout du monde, le ministre de la Défense n'oublie jamais ses racines. Rien de ce qui se passe en Bretagne ne lui échappe. Il connaît tous ceux qui comptent sur les terres d'Armorique. Il dispose de contacts privilégiés pour se tenir au courant des affaires de la région, comme celui de la vice-présidente du conseil régional, Maria Vadillo, qu'il a épousé en seconde noces en 2006. De même, il peut compter sur sa soeur Thérèse Thiéry, maire de Lanester, en banlieue de Lorient.

En réalité, le Breton n'est jamais très loin de l'hôtel de Brienne. Même s'il a laissé son poste à l'un de ses fidèles à la tête de la Région, Jean-Yves le Drian, même ministre, dirige en sous-marin la région et reste celui vers qui l'on se tourne quand la révolte gronde : celle des Bonnets rouges, celle du monde agricole ou encore celle des entreprises de l'agroalimentaire.

Une campagne en pointillés

Le ministre de la défense a longtemps hésité avant de se déclarer tête de liste pour les Régionales 2015 en Bretagne. Il s'est finalement décidé en octobre dernier.

"La Bretagne m'a fait et je ferai toujours le choix de la Bretagne" déclare Jean-Yves Le Drian lors de l'annonce de sa candidature aux Régionales 2015


Mais le candidat du PS, toujours ministre pendant la campagne, a brillé par son absence. Tous ses meetings ont été annulés après les attentats du 13 novembre à Paris et la déclaration de l'état d'urgence. Il n'est quasiment jamais venu faire campagne si ce n'est lors de l'entre-deux-tours, remplacé dans cette tâche par son directeur et son équipe de campagne. Jean-Yves Le Drian était retenu par ses missions nationales et internationales.

Qui pour assurer l'intérim à la Région?

Le candidat et le ministre l'a déjà dit : même élu président de la Bretagne, il devrait rester ministre de la Défense et cela aussi longtemps que le Président de la République "le jugera nécessaire", au moins jusqu'à la fin de l'état d'urgence, au mois de février. Une position qu'il a réaffirmé ce dimanche soir : "Il se trouve que nous sommes en état d'urgence et que le président de la République a souhaité que je continue à assurer mes fonctions de ministre de la Défense le temps nécessaire et c'est lui qui appréciera l'ampleur du temps où je resterai ministre".

Alors qui pour assurer l'intérim à la région, et qui pour lui succéder lorsque le jour viendra ?

Portrait de Jean-Yves Le Drian (PS)
Jean-Yves Le Drian (PS) / Récit : I. Rettig - Montage : H. Notat


Jean-Yves Le Drian vu par ses amis et adversaires politiques 

Jean-Yves Le Drian vu par ses pairs et adversaires
Rennes (35), le 10 décembre - Edmond Hervé, ancien maire (PS) de Rennes - Bernard Marboeuf, conseiller régional élu (UDI) - René Louail, conseiller régional sortant (EELV) - Gérard Lahellec, co-listier (PCF) de Jean-Yves Le Drian - Rennes (35), Ferme de la Harpe 13/12/2015 au soir / Reportage : G. Le Morvan - T. Bouilly

 

A lire aussi

Sur le même sujet

suivez les élections régionales sur France Info

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Déserts médicaux en Bretagne : c'est grave docteur ?

Près de chez vous

Les + Lus