Réchauffement climatique : les chenilles processionnaires pullulent

Avec le réchauffement climatique, les chenilles processionnaires se multiplient. Certains professionnels tentent de piéger ces insectes dangereux pour l'homme et pour l'animal. Exemple à Bréal-sous-Montfort (35).

  • Par Baptiste Galmiche
  • Publié le
Les 600 000 poils des chenilles processionnaires sont urticants. © PHOTOPQR / Sud-Ouest

© PHOTOPQR / Sud-Ouest Les 600 000 poils des chenilles processionnaires sont urticants.

Les chenilles processionnaires arrivent de plus en plus tôt et sont de plus en plus nombreuses. Cette présence est inquiétante, car elle témoigne de l'importance du réchauffement climatique en Bretagne.

"Normalement, la procession se fait à partir du mois de mars, mais comme le temps est idéal pour les insectes, on a une procession qui commence début décembre, et une autre qui commence début mars. Donc on en a deux dans l'année", note Jacky Minier, gérant de "Hynera Environnement".

 

Un insecte dangereux

Les chenilles processionnaires se développent sur les pins. Elles se nourrissent de ses épines par lequel le Pinacée respire. Ces insectes sont également dangereux pour l'homme et pour l'animal, car ils projettent leurs 600 000 poils urticants à la moindre agression.

"On n'a qu'une seule solution : installer un écopiège : une collerette qu'on met autour du tronc avec un trou au bout duquel il y a un tuyau avec un sac", indique Mickaël Chapon, technico-commercial à Hynera Environnement. ​Plusieurs milliers de chenilles peuvent ainsi être piégées. "On enlève également les larves pour éviter que le sac soit trop vite plein lors de la procession."
 

Reportage : A. Billet et P. Queyroux


Chenilles processionnaires et réchauffement climatique

Reportage : A. Billet et P. Queyroux. Interviews : - Mickaël Chapon, technico-commercial à Hynera Environnement ; - Jacky Minier, gérant de "Hynera Environnement".  -   - 



Interviews :
- Mickaël Chapon, technico-commercial à Hynera Environnement ;
- Jacky Minier, gérant de "Hynera Environnement".
  • Sécheresse : les restrictions sont maintenues en Haute-Vienne

    Ce ne sont pas les trois gouttes de pluie tombées la semaine dernière qui auront changé quoi que ce soit à l'état de sécheresse en terres Limousines. Le préfet de la Haute-Vienne a décidé de maintenir les mesures de restriction d'eau. 

    Mis à jour aujourd'hui à 17h12
  • Vigilance sécheresse en Haute-Vienne et Corrèze

    C'est du jamais vu depuis 50 ans, la période de juillet et août n'a jamais été aussi sèche en Limousin. À Limoges le déficit d'eau atteint 84%. Les conséquences sont dramatiques pour certaines activités comme la pêche. Un appel à la vigilance est lancé mais pour les cours d'eau le mal est déjà fait.

    Mis à jour le 13/09/2016
  • Quand Twitter croule sous la #chaleur

    Ce mardi 19 juillet, le mercure a encore grimpé pour friser les 36 degrés dans les plaines des Alpes. Pour se distraire un peu, les réseaux sociaux se sont enflammés autour des tags #chaleur #canicule et le jour le plus chaud de l'année #thehottestdayoftheyear en anglais dans le texte. 

    Mis à jour le 19/07/2016

L'actu de votre région en vidéo

Travaux au collège Théophile Briant à Tinténiac (35)

Poussée démographique oblige en Ille-et-Vilaine, les effectifs de collégiens augmentent fortement. Outre l'annonce de la création de trois nouveaux collèges dans le département pour 2020, on rénove et on pousse les murs comme on peut dans les établissements existants. 22 chantiers sont en cours ou au programme pour les années à venir. Nous sommes allés voir le chantier le plus important du département, celui du collège de Tinténiac, entre Rennes et Saint-Malo. Intervenants : Philippe Geoffroy, principal du collège Théophile-Briant - Stéphane Hubert, Directeur des bâtiments - département d'Ille-et-Vilaine - Jade, 13 ans, élève de 4ème - Nina, 14 ans, élève de 3ème

Reportage : K. Veillard - J.M. Piron

les + lus
les + partagés