Législatives : les infos à retenir de ce 1er tour en Bretagne

© PHILIPPE DESMAZES / AFP
© PHILIPPE DESMAZES / AFP

Le parti d'Emmanuel Macron se dirige vers une victoire écrasante aux législatives après le premier tour. En Bretagne, il arrive largement en tête. Voici quelques enseignements à tirer de cette soirée électorale dans la région.

Par Sylvaine Salliou

Richard Ferrand en tête dans sa circonscription à Châteaulin-Carhaix

Le ministre de la Cohésion des territoires Richard Ferrand est arrivé en tête dimanche dans sa circonscription du Finistère sous l'étiquette REM avec 33,93% des voix, les électeurs ne lui tenant visiblement pas rigueur de son implication dans l'affaire immobilière pour laquelle une enquête préliminaire a été ouverte.
Au second tour, ce soutien de la première heure d'Emmanuel Macron affrontera dans un duel la candidate Les Républicains (LR) et maire de Châteaulin Gaëlle Nicolas,
qui a engrangé 18,10% des voix et compte sur les reports de voix pour l'emporter. Évoquant une "première étape évidemment réjouissante", le député sortant a fait une brève déclaration devant sa permanence à Châteaulin: "Je constate que les Finistériennes et les Finistériens m'ont réitéré leur confiance à hauteur de presque 34%, que dans toutes les grandes communes comme dans les plus petites il y a eu l'expression de cette confiance. Les Finistériennes et les Finistériens ont jugé, ils me connaissent", a-t-il déclaré.

"Ce soir, c'est un premier signe extrêmement fort, c'est une dynamique positive, mais il faut rester humble puisque c'est dimanche prochain que se concrétiseront les élections des candidates et des candidats qui portent la République en Marche et le projet du président Macron", a-t-il souligné.
Législatives : la réaction de Richard Ferrand après le premier tour

Concurrent de toujours de Richard Ferrand, le régionaliste Christian Troadec, maire de Carhaix-Plouguer et ancien leader des Bonnets rouges, a obtenu 13,88% des voix (7,89% des inscrits) sous l'étiquette Oui la Bretagne, échouant à passer le premier tour. 

Grand chelem de LREM à Rennes

LREM arrive très largement en tête dans les circonscriptions de Rennes, bastion socialiste.

Dans la 1ère circonscription, celle de Rennes-Sud, Mustapha Laabid, le candidat de La République en marche, obtient 34,70% des voix. Il affrontera le centriste Grégoire Le Blond (UDI-LR) au second tour. La députée sortante Marie-Anne Chapdelaine (PS) est éliminée. Donnée favorite, la députée sortante Marie-Anne Chapelaine (PS) a été éliminée au premier tour des législatives dans la première circonscription Rennes Sud. 

Dans la 2e circonscription d'Ille-et-Vilaine, celle de Rennes nord, le second tour opposera Laurence Maillart-Méhaignerie (LREM) à Bertrand Plouvier (LR). La candidate d'En Marche arrive largement en tête avec 46,48 % des suffrages, contre 12,14 % au candidat Les Républicains.

Dans la 3e circonscription d'Ille-et-Vilaine, celle de Rennes (Villejean), Montfort et Combourg, le second tour opposera le député sortant François André (PS, soutien de Macron) à Mélina Parmentier (LR - UDI). François André obtient 46,78 % contre 15,13 % à Mélina Parmentier, qui a devancé Virginie Abautret (France Insoumise), 13,51 % et Justine Dieulafait (10,20 %).

Dans le 8ème circonscription, Emmanuel Couet (PS) est éliminé à Rennes Centre-ouest; il arrive en 3ème position. Florian Bachelier arrive en tête avec 40,94 % des voix, devant Enora Le Pape (14,14 %). Le président socialiste de Rennes métropole et maire de Saint-Jacques-de-la-Lande, n'est que troisième avec 13,26 %. Amélie Dhalluin (LR) arrive quatrième avec 11,33 % des voix, Françoise Guillerme (FN) cinquième avec 7,25 %.

La claque du Parti socialiste

Les candidats socialistes ont quasiment tous été sortis dès le premier tour des Législatives en Bretagne. Il ne reste que Jean-Jacques Urvoas qualifié pour le second tour à Quimper. François André, candidat socialiste soutenu par LREM est aussi qualifié. Ce sont les candidats de la France Insoumise qui se sont qualifiés à leur place dans plusieurs circonscriptions. Exemples à Pontivy, à Lorient, à Redon, à Brest-centre et dans la 8ème d'Ille et Vilaine

Autre fait marquant, la succession ratée de Marylise Lebranchu dans la 4e circonscription: le deuxième tour se jouera sans son dauphin, entre Sandrine Le Feur, une agricultrice REM de 26 ans, et Maël de Calan, un candidat LR de 37 ans qui se dit "macron-compatible". 

Emmanuel Couet (PS) : "nous avons subi un tsunami En Marche"
Emmanuel Couet parle de sa défaite au 1er tour de la 8ème circonscription d'Ille-et-Vilaine


Celle du Front National

Quant au Front national, un mois après son score record au second tour de la présidentielle, il obtiendrait seulement 1 à 10 sièges, contre 2 lors de la précédente législature. Avec un score de 13 à 14% très éloigné du score de Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle (21,30%). C'est une déception pour Gilles Pennelle, candidat FN à Fougères. Pour le responsable du Front national en Ille-et-Vilaine, la vague En Marche a été très défavorable aux candidats FN, en Bretagne comme en France. Battu à Fougères, il a appelé à ne soutenir aucun candidat dimanche prochain : "on a deux candidats 'Macron compatibles' (...) les électeurs du FN doivent profiter du week-end prochain pour aller à la mer en famille”. 

Législatives : Gilles Pennelle (FN) donne ses consignes de vote pour le second tour

Paul Molac, seul élu dès le premier tour

Le député sortant Paul Molac (LREM) de la quatrième circonscription du Morbihan a été élu dès ce dimanche soir. Il est arrivé largement en tête de ce premier tour des élections législatives, avec 54% des voix. Marie-Hélène Herry, la candidate Les Républicains, est loin derrière avec 14,45 % des voix, juste devant Cécile Buchet pour la France insoumise (12,16 %) et Agnès Richard pour le Front national (10,15 %). 
Paul Molac est le seul député élu ce dimanche soir en Bretagne.

Un très fort taux d'abstention


En Bretagne, un peu plus d'un électeur sur deux a voté pour ce premier des élections législatives. Le taux de participation est de 55,7%. C 'est moins qu'en 2012 et moins qu'en 2007, mais beaucoup mieux qu'en France où le taux d'abstention est de plus de 50%.

La participation aux législatives, traditionnellement plus faible qu'à la présidentielle, n'a cessé de baisser depuis 20 ans.
 


A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

A 105 ans, Robert Marchand poursuit sa course

Près de chez vous

Les + Lus