Élections 2017
avec

M'alerter dès que les résultats seront publiés

“Travailler encore”, une journée consacrée au travail sur France 3

Guillaume Follain en pleine action sur une machine de rectification d'engrenages de boîtes de vitesse.  / © France 3 Normandie
Guillaume Follain en pleine action sur une machine de rectification d'engrenages de boîtes de vitesse. / © France 3 Normandie

Travailler avec plaisir, craindre que cela s'arrête, ne plus travailler, retrouver du travail... Une journée spéciale, "Travailler encore", aborde les multiples facettes de ce qu'on réduit trop à "l'emploi". A l'antenne, retrouver des invités, reportages et le documentaire "Travailler encore".

Par Stéphane Grammont

A contre-courant des discours anxiogènes et par le biais de témoignages de travailleurs passionnés qui se battent pour défendre leur travail et pour trouver des solutions dans un contexte économique contraint, France 3 donne la parole à ceux qui ont « encore » un emploi. Au programme : portraits, interviews, analyses, débats dans 9h50 le matin Bretagne, les éditions régionales du 12/13 et du 19/20, sur les sites et les réseaux sociaux des antennes régionales et dans un documentaire diffusé après le Grand Soir 3.


9H50 LE MATIN BRETAGNE
Laurence Postic reçoit Pierre Jacobs, directeur d'Orange Grand Ouest.

EDITIONS REGIONALES DU 12/13 ET DU 19/20 
Portrait de Nelly, 55 ans qui après une longue période de chômage redémarre une activité professionnelle à Carhaix dans le Finistère où elle livre désormais des repas à domicile pour les personnes âgées.

DOCUMENTAIRE "TRAVAILLER ENCORE", après le Grand Soir 3
Un film de Jean-Thomas Ceccaldi - Produit par Maximal Productions - 52'

Rencontres avec des travailleurs qui évoquent leur métier avec passion.

Tous exercent depuis suffisamment longtemps pour avoir du recul sur l’évolution de leur pratique au fil des dernières années. Leurs témoignages sont à la limite du point de rupture, en équilibre instable entre la vocation pour ce métier et la peur de ne plus pouvoir le faire dans des conditions décentes : ils racontent une envie initiale, un engagement, un plaisir quotidien à exercer… Mais aussi les manques de moyen, la fatigue, les remises en question. Ils sont un cri d’alerte, un signal d’alarme. Pas dramatique car délivré par des personnes passionnées et enthousiastes, mais véhément.

A lire aussi

Sur le même sujet

Morgan Brisou, représentant de l'association Bretagne Association des Rennais Kinés Étudiants

Près de chez vous

Les + Lus