Vendée Globe : Fabrice Amedeo déçu par les propos de Jean Le Cam

© MaxPPP
© MaxPPP

Dans une lettre ouverte, le skipper Fabrice Amedeo s'est dit déçu des paroles du Breton Jean Le Cam qui avait raillé les marins les moins bien classés lors du Vendée Globe.

Par Lucas Hobé

Après avoir validé samedi sa 11ème place sur le Vendée Globe 2017, le skipper et journaliste Fabrice Amedeo a repris sa plume pour réagir aux propos de Jean Le Cam, arrivé 6ème.

Lors d'une de ses dernières vacations, le marin breton avait déclaré : "C'est le Vendée Globe des extrêmes. Les six premiers on arrivera dans la même semaine que le premier. Après derrière, le septième, il est à 2000 milles et après, c'est le gros n'importe quoi, nous on va arriver dans trois jours et le dernier bateau est à 2000 milles du cap Horn. C'est ridicule !".

"Tu t'es égaré Jean"

Des propos qui n'ont pas plu à Fabrice Amedeo. En s'adressant à Jean Le Cam dans une lettre ouverte, il indique : "Ma déception est à la hauteur de l’admiration que je te voue depuis toutes ces années. J’ai suivi avec passion ton Vendée Globe 2004 sous les couleurs de Bonduelle et le match haletant avec Vincent Riou. J’ai vibré en 2008 et tremblé lorsque tu as été sauvé par Vincent. J’ai admiré en 2012 ton Vendée Globe sur un bateau d’ancienne génération. Et j’ai suivi cette année le magnifique match avec Yann Elies et Jean-Pierre Dick, mais cette fois-ci en étant dans ton sillage".

Le skipper journaliste continue : "Tu t’es égaré Jean. La magie du Vendée Globe est justement de permettre à des marins aux profils variés de venir affronter l’Everest de la course au large, de se dépasser et de partager la magie du large et de leur aventure avec les terriens. Je suis arrivé loin derrière toi mais j’ai souffert comme toi et me suis dépassé comme jamais. Je pense également qu’il faut des marins qui bouclent le Vendée Globe en 100 jours pour mettre en perspective l’immense performance d’un Armel Le Cleach qui l’a bouclé en 74. Et si les marins « ridicules » que nous sommes n’avaient pas été là, tu aurais donc terminé dernier du Vendée Globe… Est-ce cela ce que tu souhaites ? Ton parcours, toutes ces années, a été magnifique mais sur ce coup-là, tu as tristement raté ta sortie. Quelle tristesse de terminer ainsi ton histoire avec cette course. Heureusement, le Vendée Globe, les milliers de fans, et moi-même retiendront le reste".

"J'attends le jour où tu daigneras m'adresser la parole et me saluer"

Fabrice Amedeo conclue en disant : "Je peux t’assurer que nous avons la même passion et que je suis moi aussi porté par cet amour du large et cette ambition d’aller toujours plus loin et toujours plus vite. J’ai eu l’honneur de courir cette année sur le bateau qui t’avait vu faire 5ème en 2012. J’ai passé des centaines d’heures à l’abri de la casquette de ce bateau que tu connais si bien, assis sur ton ancien fauteuil de veille que j’avais baptisé « le fauteuil du roi Jean ». Nous nous croisons depuis des années. J’attends le jour où tu daigneras m’adresser la parole et me saluer. Tu verrais sans doute que « les gars de derrière » ont vécu eux aussi de belles choses, mérité leur arrivée et ont beaucoup à partager avec la terre". 

 

Sur le même sujet

valoriser l'apprentissage : portes ouvertes entreprises

Près de chez vous

Les + Lus