Élections 2017
avec

Rechercher un résultat

Vern-sur-Seiche (35) : mise en berne du drapeau européen comme remise en cause de la gestion des migrants

Vern-sur-Seiche (35) : le drapeau européen mis en berne, afin de mettre en cause la non gestion européenne des migrants / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne
Vern-sur-Seiche (35) : le drapeau européen mis en berne, afin de mettre en cause la non gestion européenne des migrants / © Krystel Veillard - France 3 Bretagne

Ce samedi, la commune de Vern-sur-Seiche, à côté de Rennes, a décidé au cours d'un conseil municipal extraordinaire, de mettre en berne le drapeau européen afin de marquer symboliquement son désaccord avec la politique européenne de gestion des migrants.

Par Krystell Veillard

"Je ne peux pas être élue de la République et ne rien dire, je ne me reconnais pas dans cette République-là ! Avec un bidonville à 500 km de chez moi et une économie parallèle qui se développe..." Pascale Perrin, élue de Vern-sur Seiche, commune de 8000 habitants voisine de Rennes, exprime sa colère et son indignation, par rapport à ce qu'elle a vu de la "jungle de Calais". C'est à partir de son témoignage, que la décision a été prise par la commune, lors d'un conseil municipal extraordinaire ce samedi, de mettre le drapeau européen en berne pendant une semaine et d'adresser à des ministres, des députés, des élus de la République, des extraits choisis de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, dans le but de mettre en cause la non-gestion européenne de la crise des migrants. Un voeu voté par l'assemblée par 25 voix sur 29.

L'indignation au retour de  Calais


Tout a commencé lorsque Pascale Perrin est rentrée de "la Jungle de Calais", où elle était allée accompagner sa fille, en stage auprès du Secours Catholique. Sa fille était chargée du recueil de vie des migrants pour établir leur dossier de demande d'asile auprès de l'OFPRA (L'Office français de protection des réfugiés et apatrides). La conseillère municipale vernoise est rentrée chez elle "dans une colère noire", raconte t-elle et "une indignation terrible concernant le sort réservé aux migrants." "La France a voté la règlementation de Dublin pour la prise en charge du droit d'asile, mais elle n'est pas appliquée", explique Pascale Perrin. "Il n'y a pas de coopération entre les pays signataires, comme l'Italie et la Grèce..." Ce règlement de Dublin vise, à partir d'une base de données communautaire, à déterminer rapidement l'État membre responsable pour une demande d'asile et le transfert du demandeur vers cet État.

L'exemple vernois fait des émules


Le 29 février dernier, l'élue, qui ne pouvait pas en rester là, est donc intervenue lors du conseil municipal pour témoigner de cette colère et de son indignation, relater ce qu'elle avait vu et vécu à Calais. Elle a été suivie par la quasi totalité des élus. Ce samedi sous la houlette du maire PS de la commune, Didier Moyon, s'est donc tenu ce conseil municipal extraordinaire et public, auquel ont assisté des élus de communes voisines, Chartres-de-Bretagne et Laillé, notamment, qui devraient emboiter le pas aux Vernois.

Des logements pour des migrants dans la commune


L'intérêt de la commune pour la cause des migrants ne date pas d'hier. Comme tant d'autres dans la région, elle a rénové avec l'aide de bénévoles deux logements. Depuis 4 mois, il attend de recevoir jusqu'à 6 demandeurs d'asile. Mais pour l'heure, personne à l'horizon...


Le reportage à Vern-sur-Seiche (35) d'Hélène Pédech et Sandrine Ruaux

Vern-sur-Seiche : drapeau européen en berne
Le reportage à Vern-sur-Seiche (35) d'Hélène Pédech et Sandrine Ruaux - Interviews : Pascale Perrin, conseillère municipale (SE) de Vern-sur-Seiche - Didier Moyon, maire PS de Vern-sur-Seiche
Interviews :
- Pascale Perrin, conseillère municipale (SE) de Vern-sur-Seiche
- Didier Moyon, maire PS de Vern-sur-Seiche

Sur le même sujet

Réaction à Carhaix (Finistère) suite à la nomination comme ministre de Richard Ferrand

Près de chez vous

Les + Lus