Journée nationale de l'accessibilité : “Rien ne va !”

© France 3 Centre
© France 3 Centre

L'Association des paralysés de France (APF) organise à Orléans ce mercredi une journée de mobilisation autour de l'accessibilité et du handicap. Au coeur des préoccupations : la non-application de la loi de 2005. Kristof Colliot, de l'APF du Loiret, fait le bilan des dix ans d'application.

Par LB

Kristof Colliot / ©

Qu'est-ce qui ne va pas ?

"Mais rien ne va ! (Rires) Globalement, cette loi est très mal appliquée ! À cela s'ajoute une ordonnance du gouvernement écrite en septembre dernier et qui repousse les délais à l'infini... Elle permet aussi à des services de continuer à être inaccessibles. Par exemple, un médecin qui exerce dans une copropriété peut obtenir une dérogation pour que le lieu ne soit pas accessible.

"On préfère repartir à zéro que de laisser passer cette ordonnance !"

À l'origine, c'est une très bonne loi. En 2005, elle laissait un délai raisonnable (10 ans) pour rendre accessible les lieux. Elle a aussi créé les maisons départementales des personnes handicapées (MDPH). Mais il n'y a jamais eu de volonté politique pour l'appliquer et pas assez de fonds pour les Maisons départementales. Nous, ce qu'on demande, c'est que les parlementaires ne ratifient donc pas cette ordonnance. Nous en avons contacté plusieurs, mais on nous reçoit peu. Si l'ordonnance n'est pas ratifiée, on ne sera pas entièrement satisfaits car les délais de la loi de 2005 n'auront quand même pas été respectés. Mais on préfère repartir à zéro que de laisser passer cette ordonnance !"

Il y a plusieurs mois, vous aviez remis votre première Pelle d'or à la Fédération du bâtiment. Qu'en est-il ?

"Nous n'avons eu aucune nouvelle de la part de cette Fédération... Le mois d'après, nous avons remis notre pelle à la gare SNCF d'Orléans, qui échange depuis avec nous. En janvier, celle que nous voulions remettre à la CGPME a été annulée en raison de l'attentat survenu à Charlie Hebdo le matin."

Quel est le but de la mobilisation de ce mercredi ?

"Nous voulons nous faire entendre par les citoyens. La manifestation partira du conseil général du Loiret pour aller jusqu'à la préfecture et passera devant les principales collectivités, car elles sont toutes responsables de la situation actuelle. Nous serons ensuite normalement reçus en préfecture vers 16h-16h30."

A lire aussi

Sur le même sujet

Enquêtes de région : une ferme d'avenir

Près de chez vous

Les + Lus