Le Festival de Cannes, créé par Jean Zay dans un esprit de résistance

L'actrice sud-africaine Charlize Theron au Festival de Cannes 2015 / © AFP
L'actrice sud-africaine Charlize Theron au Festival de Cannes 2015 / © AFP

En 1938, l'Orléanais Jean Zay, alors ministre du Front Populaire, décide de créer un festival du film en France pour concurrencer la Mostra de Venise, tombée aux mains des nazis. Retour sur l'histoire mouvementée de la naissance de ce festival de résistance auquel Jean Zay n'assistera jamais ...

Par JT

Ce dimanche, le jury du 68ème Festival de Cannes dévoilera son palmarès après douze jours de folie festivalière. Le tapis rouge en aura encore vu de belles cette année : des gloires hollywoodiennes, des actrices au bras de leur réalisateur, des robes longues, des paillettes et même une petite culotte dévoilée par le vent… Mais qui, parmi le petit monde du festival, aura une pensée, au moment de la remise de la Palme d'Or, pour le créateur de cette grand’messe du cinéma, qui a offert à la Croisette sa  notoriété mondiale ?
 

Un festival de résistance

Au départ, il n’y avait rien de glamour. Le Festival de Cannes est né d’une colère. D’une indignation. Un acte de résistance à la mainmise des nazis du le 7ème art à l’aube de la seconde Guerre Mondiale.
 
En 1938, Jean Zay est ministre de l’Instruction publique et des Beaux Arts. A l’époque, le plus grand festival international du film est la Mostra de VenisePhilippe Erlanger, l’un de ses conseillers, en revient avec des nouvelles qui mettront Jean Zay hors de lui.

L’Italie de Mussolini a décidé de confier la présidence de l’événement au tristement célèbre Dr Goebbels, signe de son rapprochement avec Hitler. Le grand prix du festival est remis à deux films ex-aequo. Le premier, Les Dieux du Stade, de Leni Riefenstahl, est un film de propagande nazie. Quant au second, il a été supervisé par le propre fils du Duce.

Voilà ce qui va décider Jean Zay à créer, dès l’année suivante, un festival de cinéma concurrent direct de la Mostra. Surtout, libre et indépendant. 

© DR
© DR


La fête s'annonce grandiose

Dirigés par Philippe Erlanger, les préparatifs avancent vite. Entre Biarritz et Cannes, c’est la seconde ville qui est choisie, pour ses paysages, et surtout pour la douceur de son climat au mois de septembre. Une fois les dates fixées - du 1er au 20 septembre 1939-, l’artiste peintre Jean Gabriel Domergue est chargé de dessiner l’affiche, figurant la muse du cinéma. La présidence du festival est confiée à Louis Lumière en personne, et à la fin du mois d’août, les stars américaines commencent à arriver sur la Croisette, Gary Cooper en tête.

Des fêtes sont déjà données, un mois avant l'ouverture. Le festival, organisé dans les moindres détails, s'annonce grandiose ...

► Voir l'interview de Philippe Erlanger à propos de la création du Festival de Cannes 

Interview de Philippe Erlanger

Annulé pour cause de guerre

C'était sans compter sur l’incroyable calendrier de ce mois de septembre 1939 qui aura raison du festival.
Le 1er, jour prévu de l’ouverture, les troupes nazies envahissent la Pologne.
Le 2, Jean Zay démissionne de son poste de ministre pour rejoindre l’armée française. Le lendemain, 3 septembre, la France et la Grande Betagne déclarent la guerre à l’Allemagne.
 
Jean Zay n’aura jamais l’occasion de voir son projet de concrétiser. Lorsque le Festival de Cannes voit enfin le jour à la fin de l’été 1946, son créateur est mort depuis déjà 2 ans, assassiné par la milice française.


►Vidéo : le premier Festival de Cannes en 1946 (extrait)

Le premier Festival de Cannes en 1946


A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS LEGISLATIVES 2017 SUR FRANCE INFO

Réouverture d'un commerce en zone rurale, près de Sancerre (Cher)

Près de chez vous

Les + Lus